Les 280 salariés d’Ascoval en grand danger

Emploi et Salaires par Métaux

Usine sidérurgique Ascometal. © Fred MARVAUX/REA

Communiqué de FO Métaux

Lors du rachat d’Ascométal l’an dernier, le repreneur avait écarté le site de Saint-Saulve, propriété d’Ascométal à 60 % et de Vallourec à 40 %, laissant les 280 salariés de l’aciérie dans une impasse. En janvier 2018, les co-propriétaires du site, le suisse Schmolz + Bickenbach et Vallourec, avaient assuré un plan de charges d’un an à l’usine le temps du redressement judiciaire qui prend fin ce mercredi 24 octobre. Depuis, les métallos multiplient les actions pendant que la justice multiplie les reports d’audiences.

Parmi les différentes offres de reprises, il ne reste plus que celle du groupe Altifort, qui pose un véritable problème : elle n’est viable que si Vallourec participe au projet à hauteur de 35 millions d’euros, tandis que la région des Hauts-de-France en apporterait 25. Vallourec, également sollicité pour garantir des volumes pour les 18 mois à venir, vient de faire savoir que la demande n’était pas recevable.

La Fédération FO de la Métallurgie estime que l’État, en tant qu’actionnaire de référence de Vallourec, via BPI France avec 16 % du capital, a une responsabilité dans ce dossier et doit se montrer à la hauteur. Les salariés ont besoin de garanties concrètes quant à l’avenir de leur site et de leurs emplois.

Alors que beaucoup d’observateurs de la sidérurgie considèrent que la France est en sous-capacité de production malgré une demande forte pour un acier de qualité, FO Métaux considère qu’il est impensable de laisser sombrer Ascoval, une des dernières grosses aciéries électriques de France, qui a été rénovée et qui détient à la fois, les compétences à travers ses salariés et de fortes capacités de production.

Paris,

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Ascometal encore une fois en difficulté

Métallurgie par Métaux

Ancienne filiale d’Usinor passée par le groupe Lucchini puis aux mains du fonds Apollo, et enfin reprise en 2014, par un consortium mené par Frank Supplisson, Ascometal est une nouvelle fois en proie à des difficultés qui pourraient conduire ce groupe à un redressement judicaire.

Ascométal : une désindustrialisation de plus ?

Métallurgie par Métaux

Le 21 novembre 2017, et pour faire face aux difficultés du groupe Ascométal, la Fédération FO de la Métallurgie, par communiqué de presse, avait revendiqué un plan stratégique industriel adapté et réaliste avec un financement permettant d’assurer la pérennité de l’activité de ce groupe, et par conséquent, le maintien de l’ensemble des sites, des emplois et des compétences en France.