Les actionnaires l’ont décidé : Conforama supprime 1 900 postes en France !

Emploi et Salaires par Employés et Cadres

© Laurent GRANDGUILLOT/REA

Communiqué de la FEC - Section fédérale du Commerce & VRP

Les organisations syndicales ont été reçues tour à tour ce jour, 1er juillet 2019, par M. Cédric Dugardin (DG), à la demande de celui‐ci.

La direction générale a révélé un plan de restructuration consistant à supprimer 1 900 emplois au sein de Conforama France :

 32 magasins seront fermés (8 en Ile-de-France, dont 2 à Paris intra‐muros), soit 1 050 postes supprimés.
 600 postes seront supprimés au sein des 164 magasins restants pour « optimiser » le fonctionnement, à grands coups de polyvalence forcée.
 Les 10 magasins Maison Dépôt seront fermés, soit 100 emplois.
 26 postes seront supprimés au Service Après‐Vente.
 124 postes seront supprimés au Siège social, toutes les directions étant concernées.

Ce plan est présenté comme le seul moyen de redresser l’entreprise. A son issue, Conforama France sera, nous assure la direction, redevenu profitable, après des pertes cumulées de 480 M€ sur 6 ans.

Par ailleurs, la cession de Conforama est pour le moment « arrêtée » car la direction générale ne veut pas « brader » Conforama.

La direction souhaite que la réunion extraordinaire du Comité Central d’Entreprise, prévue demain 2 juillet 2019, voit son ordre du jour modifié. Elle serait réunion dite « R0 », destinée à présenter et à détailler le plan plus en détail aux élus.

Les créanciers ne le cachent pas : ils veulent récupérer leur argent, quelles qu’en soient les conséquences sociales. Octroyer un prêt à un taux exorbitant en gageant tout le patrimoine immobilier de Conforama ne leur a pas suffi.

Dès maintenant, Force Ouvrière va demander à rencontrer le CIRI (Comité Interministériel de Restructuration Industrielle) pour mettre l’État devant ses responsabilités : les lois anti‐ sociales permettent maintenant de se débarrasser facilement de salariés sacrifiés sur l’autel de la finance et qui vont pointer à Pôle emploi, contribuant ainsi au déficit public… Cherchez l’erreur !

Force Ouvrière sera en première ligne pour défendre l’emploi de tous les salariés, qui ont tout donné à l’entreprise depuis de longues années sans aucune contrepartie si ce n’est, dans peu de temps, de se faire ainsi « remercier » après avoir été trahis par un actionnaire (Steinhoff International) responsable des graves malversations financières qui ont conduit à cette situation déplorable et abjecte.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Projet de loi Macron : Force Ouvrière persiste

Communiqué de Force Ouvrière

A la veille d’un week-end marathon de débats parlementaires à l’assemblée nationale sur le projet de loi Macron avant le vote solennel de mardi prochain Force Ouvrière tient à réitérer son opposition à ce texte et notamment à l’extension et à la banalisation du travail du dimanche : Que ce soit sur le (...)

Chiffres du chômage : une augmentation tous azimuts

Communiqué de Force Ouvrière par Stéphane Lardy

Les derniers chiffres publiés par Pôle emploi concernant le mois de mai sont sans appel : Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A augmente de 0.5 % par rapport à la fin avril, soit 16 200 demandeurs d’emploi en plus. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à (...)

Préface au Guide pratique - L’activité partielle

Chômage partiel par Jean-Claude Mailly

Tous les jours les entreprises françaises placent leurs salariés en chômage partiel suite à la crise qui frappe notre pays. Les perspectives économiques et sociales sont toujours très préoccupantes pour les salariés de l’ensemble des secteurs d’activités et nul ne peut aujourd’hui prédire les évolutions économiques.