L’Éditorial de Jean-Claude Mailly

Les affres du pacte de responsabilité

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Dans une seule branche, la chimie, un accord découlant du « pacte de responsabilité » a été signé par deux syndicats (pas FO). Or les créations d’emplois annoncées correspondent aux créations habituelles dans ce secteur !

De fait, comme nous ne cessons de l’expliquer, demander des contreparties aux entreprises sur des aides fiscales et sociales de caractère général est illusoire, voire impossible.

En effet, qui dit contreparties dit aides ciblées (pour un investissement technologique, par exemple). De ce point de vue les faits nous donnent raison, neuf mois après le lancement du « pacte » par le président de la République. Qui plus est, comme l’explique fort bien l’économiste et homme politique Pierre-Alain Muet, « mener une politique de l’offre pour sortir d’une récession est le comble de l’absurdité économique ».

Par ailleurs, rappelons que les 41 milliards d’aides vont de pair avec les 50 milliards de réduction des dépenses publiques et sociales.

Concrètement, cela signifie que deux des moteurs de l’activité économique (la consommation et la demande publique) ne sont pas au rendez-vous, expliquant la croissance zéro.

C’est aussi pourquoi les revendications en matière de salaires, de réforme fiscale, de soutien du service public républicain et des régimes sociaux sont prioritaires.

Aujourd’hui, le gouvernement s’est mis dans une impasse ; la croissance, l’investissement et la consommation sont en panne, l’activité ralentit et la dette publique augmente !

Pour en sortir, il doit réorienter sa politique économique et sociale.

Le pacte de responsabilité est une erreur et une faute. C’est une soumission.

Faire les yeux doux au Medef et à ses revendications est révélateur de la ligne économique et sociale.

Dire qu’en France il y a un problème d’offre et qu’en Europe il y a un problème de demande est quelque peu schizophrène.

Dans un tel contexte, il convient de construire progressivement le rapport de forces. Le développement syndical en fait partie.

Face au deal entre le Premier ministre et le président du Medef, il nous faut développer notre cahier revendicatif. À noter, d’ailleurs, qu’interrogé par le journal L’Opinion sur le couple Valls-Gattaz, le président de la CGPME y adjoint le secrétaire général de la CFDT.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux du Secrétaire général de FO »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 14 au 25 mai

    SOS Impôts
    Nos spécialistes sont à votre disposition du 14 au 25 mai 2018 (de 9h à 12h et de 14h à 17h, lundi (...)
  • Lundi 21 mai de 18h50 à 19h00

    France Info
    Pascal Pavageau sera l’invité de Jean Leymarie pour « L’Interview éco »
  • Mardi 22 mai de 08h00 à 09h00

    Public Sénat
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », présenté par Cyril (...)

Éphéméride

21 mai 1825

Mort de Henri de Saint-Simon
Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». (...)

Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». L’association internationale des peuples mettrait fin aux luttes sociales, abolirait la propriété privée, et l’État détiendrait les richesses de la nation et distribuerait les moyens du travail suivant les nécessités et l’intelligence de chacun. Et c’est l’association qui supprimerait l’exploitation de l’homme par l’homme et instituerait la justice universelle. Dans son livre : Parabolis, il a vivement critiqué les inégalités et les contradictions de la société. Son influence sur l’évolution des idées politiques et sociologiques était indéniable au XIXe siècle.