Les conséquences économiques et sociales du coronavirus

Revue de presse par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

© Rodrigo Reyes Marin/ZUMA Press/ZUMA/REA

La Tribune
C’est toute l’économie mondiale qui est aujourd’hui touchée : L’épidémie du nouveau coronavirus pourrait avoir un effet négatif sur la croissance mondiale en 2020 en fonction de la capacité de la Chine à contenir sa propagation, a prévenu dimanche [16 février] la directrice du Fonds monétaire international.

Le Monde
Les conséquences sociales s’abattent déjà sur les travailleurs chinois : Conséquence de cette quarantaine généralisée : des dizaines de millions, et sans doute bien davantage, d’ouvriers, livreurs, femmes de ménage, employés de commerce vivent actuellement une situation kafkaïenne. Non seulement ils ne sont pas payés, mais leurs employeurs risquent bien de mettre prochainement la clé sous la porte. Plusieurs entreprises ont déjà annoncé des réductions d’effectifs ou, dans le meilleur des cas, des baisses de salaire. Selon le China Labour Bulletin, une association basée à Hongkong qui tente d’aider les travailleurs chinois à faire valoir leurs droits, la moitié des entreprises de restauration de la province du Guangdong, dans le sud du pays, prévoit de réduire ses effectifs.

Les Échos
La France est aussi touchée : L’arrêt quasi-total de l’économie chinoise depuis quatre semaines porte un coup dur aux entreprises françaises établies dans le pays (2 100 entreprises, hors Hong Kong, employant 480 000 personnes). Malgré le manque de visibilité sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus (qui a déjà fait plus de 2 000 morts en Chine), l’impact économique s’annonce important, notamment pour les PME : 61% des entreprises hexagonales en Chine estiment que leur chiffre d’affaires pourrait chuter de 50% au premier semestre, selon une enquête menée par les conseillers du commerce extérieur (CCE).
En France même : Pour le ministre des Finances français, Bruno Le Maire, l’épidémie pourrait, à ce stade, amputer la croissance française de 0,1 point en 2020. Si jamais ça persiste et que l’épidémie prend de l’ampleur, bien entendu que l’impact sera plus important, avait-il prévenu mi-février.

Le Figaro
En France, certaines entreprises subissent déjà la crise, telles les firmes alimentaires exportant en Chine ; hôtels et grands magasins ont pris de plein fouet l’arrêt brutal du tourisme chinois. Les griffes de luxe sont touchées, les clients chinois réalisant un tiers du marché, [...] , beaucoup d’autres filières redoutent un impact dans les semaines et les mois à venir, à commencer par les enseignes de prêt-à-porter made in china. Les opérateurs de téléphonie et les distributeurs de smartphones, eux, risquent de manquer de marchandise dans leurs boutiques. Un autre type de pénurie menace les industriels de l’automobile et de l’électronique, qui achètent en Chine des composants essentiels à leurs produits.

Libération
Le virus aux frontières du pays. [...] Gilles Pialoux, chef du service de maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital parisien Tenon. Jamais un coronavirus n’avait été à l’origine d’autant de contaminations, soit 79 000 dans le monde selon les derniers relevés. Surtout, on ne s’explique pas le développement et la progression saisissante du virus en Italie, avec plus de 200 cas recensés en quelques jours. L’Italie, c’est tout proche de chez nous : beaucoup plus de gens que ce que l’on envisageait jusqu’à présent pourraient être touchés....
Toutefois, il ne faudrait pas que cette pandémie soit utilisée pour quelques coups-bas sociaux !

Sur le même sujet

Nonobstant la crise sanitaire et le confinement des personnes, les revendications de l’UCR-FO demeurent !

Déclaration de l’UCR-FO par Didier Hotte, Michel Beaugas, Union Confédérale des Retraités-FO

Dans le contexte créé par la crise sanitaire grave à laquelle toute la population est confrontée, le bureau national de l’Union Confédérale des Retraités–Force Ouvrière réuni le 25 mars 2020 par téléconférence, déclare que les retraités de l’UCR-FO ne sont pas résignés et continuent à agir pour la satisfaction des revendications des retraité-e-s et des personnels soignants qui en ont la charge.