Les dérives de Boulanger denoncées à la DRIEETS

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

© Xavier POPY/REA

Communiqué de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière - Section fédérale du Commerce & VRP

La Société Boulanger, entreprise de la Galaxie Mulliez, a décidé de fermer son magasin dans le centre de Paris (Opéra) pour améliorer sa rentabilité.

Depuis, les dérives managériales se multiplient dans le autres magasins Boulanger voisins, notamment celui de Paris Passy, et ce malgré les alertes répétées de notre organisation syndicale.

Notre Section FO Boulanger constate des sanctions sans fondement, toutes différentes d’un salarié à l’autre pour la même faute, avec des erreurs de rédaction ou de dates sur des courriers de sanction, des courriers qui « annulent et remplacent » des courriers de sanctions avec même des changements de sanction et des convocations à des entretiens pour licenciement qui explosent.

Il faut reclasser des salariés de Boulanger Opéra et pour cela, il faut faire de la place dans les autres magasins. Un jeu de chaises musicales est mis en place pour déplacer les salariés d’un site à l’autre, et ce afin d’éviter un plan de licenciement.

De plus, avec cette pratique la Société Boulanger laisse le magasin de Paris Opéra en sous-effectif, avec des salariés en grande souffrance sociale.

Par conséquent, la Section FO Boulanger vient de déposer une saisine auprès de la Direction Régionale Interdépartementale de l’Economie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités (DRIEETS) afin d’obliger Boulanger à stopper la casse sociale mise en place dans les sites parisiens.

Pour la Section Fédérale du Commerce & VRP et la Section FO Boulanger, il est inadmissible de constater le plan mis en place pour faire des économies sur le dos des salariés, alors que dans le même temps la direction qui occupe les fauteuils de la maison mère United B se partage les bénéfices avec récemment plus de 17M€ d’actions gratuites versées.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Pimkie : Stop au massacre !

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Faute d’avoir su se renouveler et s’adapter aux évolutions du marché, c’est un nouveau coup de massue pour les salariés, Pimkie enchaine un nouveau plan de licenciement, le second en moins de six mois.

Happychic : 466 suppressions de postes qui révoltent les salariés

Commerce par  Valérie Forgeront

Le groupe de prêt à porter Happychic appartenant à l’association familiale Mulliez (Auchan…) a annoncé à la mi-juillet une restructuration par fusion de ses enseignes. L’annonce porte aussi la suppression de 466 postes en France, la fermeture de quatre-vingt-huit magasins sans compter celle d’un entrepôt et la suppression de dizaines de postes au siège de Roubaix.