Les dés pipés du référendum sur les accords d’entreprise

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

Article publié dans le Dossier Loi Travail
Le référendum d’initiative syndicale, prévu dans la loi Travail, permettra aux employeurs de contourner les syndicats majoritaires et leur droit d’opposition. © Jean-Claude MOSCHETTI / REA

Pression Les syndicats, soit ils signent soit on les évince. Le décret d’application des référendums prévus dans la loi Travail montre le véritable objectif de cette loi : faire passer au forceps des accords minoritaires.

Les projets de décrets de la loi Travail sont en cours d’examen par le Conseil d’État et ont été transmis aux organisations représentatives. L’un d’eux concerne le référendum d’initiative syndicale, qui permettra aux employeurs de contourner les syndicats majoritaires et leur droit d’opposition.

Ce décret prévoit que seules les organisations syndicales signataires de l’accord sont habilitées à conclure, donc à négocier le protocole. Le lieu, la date et l’heure du scrutin, la liste des salariés couverts, les conditions d’information, l’organisation du vote ou encore le texte de la question posée ne seront donc négociés qu’entre l’employeur et les syndicats demandant le référendum.

Un projet de décret inconcevable pour FO

Marie-Alice Medeuf-Andrieu, secrétaire confédérale chargée de la négociation collective, rappelle que pour FO, il n’est pas concevable que les organisations syndicales non signataires soient totalement exclues du processus, car la validation ou non d’un accord qu’elles ont choisi de ne pas signer leur importe tout autant.

Lors du vote consultatif des organisations représentatives siégeant à la Commission nationale de la négociation collective, seuls le Medef et la CFDT ont voté pour ce projet de décret, suite logique de leur soutien à la loi Travail. 

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Loi travail : autoritarisme social versus liberté de négociation

Emploi et Salaires par Yves Veyrier

L’analyse de la loi Travail sur la question du principe de faveur (article 2 du projet de loi) en regard de la situation actuelle, qui résulte de la loi de 2004 et d’un accord interprofessionnel de 2001, montre en quoi elle constitue une rupture majeure. Un rapport commandité par la DARES en 2008, sur l’évolution des accords dérogatoires révèle aussi nettement les réelles intentions que recouvre la loi Travail aujourd’hui.
Le processus d’élaboration de la loi comme son contenu vont enfin à l’encontre de la négociation libre et volontaire établie comme principe fondamental de la liberté syndicale par l’OIT.

Le combat contre la loi Travail continue

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Face à la surdité des pouvoirs publics, enfermés dans leur tour d’ivoire, nous continuons à avoir des contacts avec des élus de la Nation, à l’Assemblée nationale comme au Sénat.
Dalida chantait « paroles, paroles », comme le gouvernement dit « dialogue, dialogue » !
Rappelons que nous ne cessons (...)

Le souffle ne nous manque pas !

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

La journée du 28 juin a été comme toutes les autres journées de mobilisation depuis 4 mois, réclamant le retrait du projet de loi et l’obtention de nouveaux droits, un succès des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es, succès et détermination qui ne s’essoufflent pas ! Ceci malgré certaines conditions de manifestation qui n’ont pas permis à toutes et à tous d’y participer.