Réforme du collège : les enseignants fourbissent leurs armes

Mobilisation par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Les syndicats de l’enseignement secondaire opposés à la réforme du collège en conférence de presse ce 12 novembre.
F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Face au « mépris » que leur oppose la ministre de l’Education nationale et constatant que la détermination de leurs collègues est « intacte », les syndicats de l’enseignement secondaire public et privé opposés à la réforme du collège, à commencer par FO, ont décidé de faire monter la mobilisation d’un cran.

« La page n’est pas tournée ». La détermination des enseignants pour obtenir l’abrogation de la réforme du collège reste « entière », l’unité des organisations syndicales qui représentent 80% de la profession (seules la CFDT et l’UNSA soutiennent la réforme) pour y parvenir aussi, et la ministre de l’Education nationale ferait bien de ne plus traiter cela par le « mépris », car la possibilité d’une nouvelle grève plus forte que les précédentes est en discussion dans toutes les assemblées générales qui se tiennent dans les établissements. Tel est le message délivré par l’intersyndicale du second degré lors d’une conférence de presse ce 12 novembre.

L’intersyndicale appelle notamment « les personnels à se réunir en assemblées générales, heures d’information syndicale, pour débattre des suites de l’action, en particulier de la possibilité de construction d’une grève majoritaire permettant de créer le rapport de force pour gagner ».

Elle appelle aussi les enseignants, « dans l’immédiat », à s’opposer « localement aux formations qui ne sont que des formatages à la réforme et à décider collectivement de la forme de cette opposition (refus d’y participer, grève...) », rappelant que des préavis de grève journaliers sont déposés.

Le soutien d’une « grande association de parents d’élèves » : la confédération FO

A partir du 23 novembre, une semaine d’action va permettre aux organisations syndicales d’organiser des réunions publiques et des distributions de tract.

Enfin, face au refus de la ministre de les recevoir, les organisations syndicales ont décidé de s’adresser directement au président de la République François Hollande, au moyen d’une carte postale en nombre lui demandant de « renoncer à (la) mise en place de la réforme ».

FO, s’associant à l’appel de l’intersyndicale, souligne que le moyen de « créer le rapport de force pour gagner » et de faire monter d’un cran la mobilisation est de préparer « la grève unie jusqu’au retrait de la réforme » .

Jacques Paris, secrétaire général du Syndicat National FO des lycées et collèges a notamment souligné, lors de la conférence de presse, le « caractère exceptionnel d’une intersyndicale aussi large, significative de la force du rejet de cette réforme ». Il a également, à l’instar de toutes les autres organisations syndicales, indiqué que les « formations à la réforme » mises en œuvre par le ministère pour convaincre les enseignants de son bien fondé ont, au contraire, pour effet de renforcer le mécontentement des enseignants qui se trouvent face à des interlocuteurs incapables de leur expliquer concrètement la « faisabilité » de cette réforme. « Le mouvement s’approfondit. La page n’est pas tournée. D’ici septembre il peut se passer beaucoup de choses », a-t-il conclu.

Les organisations syndicales ont également évoqué le soutien, constaté localement par leurs collègues, de très nombreux parents d’élèves et le décalage entre cette réalité et la position des directions nationales des associations de parents d’élèves. Mais, Jacques Paris a rappelé le soutien d’une « grande association de parents d’élèves », à savoir la confédération FO qui a pris publiquement position pour l’abrogation de la réforme du collège et était représentée lors de la dernière manifestation des enseignants du 10 octobre.

Sur le même sujet

Mobilisation réussie contre la réforme des collèges

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

L’heure était une nouvelle fois à la mobilisation ce 19 mai. Plus de 50% des enseignants des collèges ont répondu à l’appel à la grève de six de leurs organisations syndicales (sur huit), à commencer par FO (deuxième syndicat dans le secondaire), contre le projet de réforme du collège. Les personnels territoriaux étaient également dans l’action, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, exigeant notamment l’abandon du projet de réforme territoriale (loi Notre) ainsi que le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques.

Enseignement, culture et formation professionnelle : une fédération en plein développement et prête à en découdre

Congrès par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

La salle est immense. Derrière la tribune se dresse un écran géant sur lequel défilent les photos des mobilisations récentes, contre la Loi El Khomri, contre les réformes découlant de la loi de refondation de l’école de Vincent Peillon, celle des rythmes scolaires et celle du Collège, mais aussi des images d’archives sur la grande grève des mineurs de 1953.

Une rentrée mobilisée

Toute l’actualité par Rédaction, Valérie Forgeront, journaliste L’inFO militante

De Mettling à Combrexelle, l’actualité sociale ne se résume pas à des remises de rapports en cascade. Dans le public comme dans le privé, des mobilisations ponctuelles mais déterminées ont lieu : dans un dépôt Ikea à Grenoble pour les salaires, ou contre la dégradation des conditions de travail pour (...)

Réforme du collège : Nouvelle grève le 26 janvier

Emploi et Salaires

La quasi-totalité des syndicats du second degré, dont FO, ont décidé d’appeler les personnels à la « construction d’une grève nationale majoritaire le 26 janvier 2016 », pour obtenir l’abrogation de la réforme du collège. Celle-ci, dont l’entrée en vigueur est prévue pour la rentrée 2016, diminue les heures (...)