Les femmes très pénalisées

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !
© F. BLANC

U ne réforme justefavorable aux femmes... Les éléments de langage choisis par l’exécutif n’auront pas tenu longtemps. Le 23 janvier, le ministre Franck Riester (Relations avec le Parlement) a reconnu, du bout des lèvres, que les femmes étaient un peu pénalisées. Depuis (et encore le 2 février sur les plateaux de France Télévisions), la Première ministre Élisabeth Borne s’acharne à colmater la brèche. Sans succès. 61 % des Français considèrent que l’impact de la réforme sera négatif pour les femmes, a révélé un sondage paru ce même 2 février. À raison : l’étude d’impact présentée par le gouvernement montre que la réforme aggraverait les inégalités persistantes de carrière et de salaire subies par les travailleuses, lesquelles doivent déjà travailler plus longtemps que les hommes et perçoivent des retraites inférieures en moyenne. Avec le recul de l’âge légal de départ, de 62 à 64 ans, pour atteindre une retraite à taux plein, elles devraient travailler encore plus longtemps que les hommes ne le feraient, toujours pour compenser leur carrière plus courte et profondément modifiée par les naissances : interruption(s), temps partiel, moindre progression, salaire plus faible.

Trimestres « maternité » et « éducation » : l’acquis de 1972 ébranlé

En effet, le projet de loi réduit drastiquement la portée du dispositif de majoration de trimestres accordée pour la naissance et l’éducation des enfants (jusqu’à huit trimestres par enfant). Lequel a été créé en 1972 pour compenser les inégalités professionnelles qui aboutissent à une pension des femmes retraitées de 40 % inférieure à celle des hommes (chiffres 2020). Quant aux avancées médiatisées par l’exécutif, elles ne concernent qu’une minorité ou se résument à un simple statu quo.

Ainsi, maintenir à 67 ans l’âge d’annulation de la décote (ouvrant droit à une pension à taux plein) ne changerait rien à la situation des femmes obligées de travailler jusqu’à cet âge avancé pour compenser leur carrière hachée. La comptabilisation des congés parentaux (jusqu’à quatre trimestres) dans le dispositif « carrières longues » ne concernerait, note l’étude d’impact, que 3 000 femmes qui pourraient partir jusqu’à un an plus tôt en retraite. Enfin, la revalorisation à 1 200 euros brut du montant du minimum de pension concernerait les seuls salariés justifiant d’une carrière complète, ce qui concrètement s’adresse à ceux ayant travaillé à temps plein et avec un salaire autour du Smic. De fait, les femmes aux carrières hachées et/ou à temps partiel en seraient exclues. Élie Hiesse

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Tous les articles de la campagne

Chronologie