Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Les nouveaux visages dans les unions départementales

InFO militante par Sandra Déraillot,  Valérie Forgeront, Clarisse Josselin, Elie Hiesse, L’Info Militante

Parmi les unions départementales FO ayant renouvelé leurs instances ces derniers mois, une douzaine ont élu de nouveaux camarades au mandat de secrétaire général.
Portraits de ces hommes et femmes, militants aguerris, y compris à l’échelon interprofessionnel.


Anna Morel, aller négocier un maximum de PAP

Anna Morel, 40 ans, est secrétaire générale de l’UD de la Haute-Marne (52) depuis le 7 octobre. Agent administratif dans une association qui accueille des personnes handicapées, elle s’est d’abord présentée en 2004, sans étiquette, aux élections. Puis, avec un collègue, elle a créé un syndicat FO en 2010 pour être pris plus au sérieux par la direction. Ils ont monté ensuite le syndicat départemental d’action sociale. Elle devient trésorière adjointe de l’UD en 2014.

Aujourd’hui, dans son nouveau mandat, elle donne la priorité au développement. Elle compte notamment aller négocier un maximum de PAP dans les entreprises pour les élections CSE et en profiter pour aller tracter et faire de nouvelles implantations.

Aux côtés des syndicats pour gagner les élections, elle les soutient aussi dans leurs luttes. Ainsi, contre la fermeture de l’Ehpad de Maranville ou pour obtenir la réouverture de lits à l’hôpital de Wassy.


Éric Borzic, fédérer toutes les forces départementales

Éric Borzic, 52 ans, a été élu le 30 juin secrétaire général de l’UD du Bas-Rhin (67). Ce militant, détaché de son entreprise, est coloriste chez Amcor. Son métier : créer des teintes spécifiques demandées par les clients pour réaliser l’emballage de produits pharmaceutiques. Ce métallo, qui a adhéré à FO il y a une vingtaine d’années, a été successivement secrétaire de l’Union des syndicats de la métallurgie du département, secrétaire de l’UL de Sélestat puis secrétaire adjoint de l’UD, chargé du secteur privé. Au-delà de la question primordiale du développement, renforcer l’interpro en fédérant l’ensemble des syndicats du département fait partie de ses priorités. À chaque appel à la mobilisation, chacun doit se sentir concerné, qu’il soit du public, du privé ou retraité, explique-t-il. Et cela commence notamment par la campagne FO pour les élections dans la fonction publique. Lancée le 13 septembre, un des meetings se tenait à Strasbourg.


Saïd Andaloussi, syndicalisation, implantations et revendications

Après deux mandats de secrétaire général adjoint, Saïd Andaloussi, 48 ans, est le secrétaire général de l’UD de l’Ain (01) depuis le 19 mai. Père de quatre garçons, agent de production chez Arcelor-Mittal à Bourg-en-Bresse, il a adhéré à FO en 2002.

Pour ce mandat, ses maîtres-mots sont : syndicalisationimplantations et revendications. Depuis la rentrée, il est  à fond dans les élections, entre les campagnes à mener dans la fonction publique et les organismes HLM, et la négociation de nombreux PAP en entreprise.

Avec son équipe il a déjà réussi de nouvelles implantations, notamment dans la Plastics Vallée d’Oyonnax.  Nous sommes le département le plus industrialisé de France, mais 80 % des entreprises ont moins de vingt salariés, c’est beaucoup de travail de terrain et d’énergie pour faire du développement, explique-t-il. Une difficulté renforcée par la géographie d’un département très vaste, ce qui n’entame en rien sa détermination.


Agnès Campanella, créer des événements pour faire adhérer les gens

Agnès Campanella, 54 ans, est une militante FO de longue date. Je me suis syndiquée trois quatre ans après mon entrée dans la vie active, se souvient cette salariée de Pôle emploi. Mon père était chez FO, mes beaux-parents y étaient permanents, je n’ai jamais eu envie d’aller ailleurs. Longtemps déléguée syndicale, elle a été secrétaire du comité d’entreprise Pôle emploi PACA et conseillère prud’homale. Élue secrétaire générale de l’UD des Alpes-Maritimes (04) en mars, elle fourmille de projets : Je veux susciter la création de structures et créer des événements pour faire adhérer les gens, résume-t-elle. Agnès prévoit entre autres aussi d’impulser des rencontres avec des jeunes, élèves en lycées pro ou apprentis.  Il nous faudra aussi refondre notre site Internet, améliorer notre page Facebook, ouvrir un compte TikTok… Et peut-être créer un journal...


Xavier Boiston, on est au service des syndicats adhérents

Chimiste, co-fondateur de FO-Coatex, Xavier Boiston, 51 ans et au bureau de l’UD depuis 1997, est le nouveau secrétaire général de l’UD du Rhône (69). Il a adhéré à FO lorsque son employeur a décidé d’augmenter le temps de travail : On a créé le syndicat, le patron est parti et on a obtenu des embauches, se souvient-il. Il contribuera ensuite à créer l’Union FO des syndicats de la chimie, du pétrole et des activités connexes du Rhône. Il négociera aussi la réécriture de la convention collective nationale des industries et services nautiques, représentera l’UD de Seine-Maritime devant la commission d’enquête sénatoriale sur l’incendie de Lubrizol... Récemment, Xavier a soutenu les salariés de la raffinerie de Feyzin, livrés aux réquisitions, ceux du nettoyage en grève à Perrache, ou encore ceux de l’industrie pharmaceutique. On est au service des syndicats adhérents. Nous les aidons le plus possible à exercer leurs prérogatives et à sortir la tête de l’eau.


Loïc Boyard, rassembler les salariés du public et du privé

Il en était depuis quatre ans le secrétaire général adjoint, Loïc Boyard, 54 ans, père de trois enfants, est désormais à la tête de l’UD FO de la Sarthe (72), élu le 11 octobre en congrès. Cuisinier de métier, il exerçait depuis 1996 chez Sodexo au sein d’une clinique, au Mans. Adhérent FO depuis 2000, de premiers mandats électifs dès 2007... Il n’a cessé depuis de s’investir pour défendre les salariés contre les injustices. À l’UD, il souhaite rassembler, développer les liens entre les salariés du public et du privé. Nécessaire, particulièrement en ce moment..., et les revendications de FO concernent tout le monde !. Défenseur syndical par ailleurs, il vise aussi à créer un service juridique à l’UD, avec des permanences tenues par des camarades. Pour FO, en troisième position dans la Sarthe, le développement est en action. Ainsi, ces derniers mois, six sections et un syndicat (Le Mans-Métropole-Habitat) ont vu le jour.


Gérald Albano, le développement dans le secteur privé est la priorité

Une commission exécutive renouvelée à 40 %, paritaire et mieux équilibrée entre les secteurs public et privé (14 et 11 militants respectifs) : le 29e congrès de l’UD des Landes (40), qui a élu en mai Gérald Albano secrétaire général, a été celui du changement. Cet agent de La Poste, 51 ans (dont vingt-trois ans comme adhérent FO) en a été l’artisan. Depuis le conflit qui a secoué en 2012 la plateforme postale de Saint-Vincent-de-Tyrosse, il est entré dans un militantisme actif :  La grève a duré dix-neuf jours mais FO a sauvé cinq emplois !, rappelle-t-il.
Devenu en 2014 secrétaire adjoint de FO-Com dans le département, il a pris en 2019 la tête du syndicat départemental et a intégré la commission exécutive de l’UD40.  Le développement dans le secteur privé est désormais son premier objectif. Deux commissions (développement, communication) ont été créées. Résultat concret, l’UD40 est désormais présente sur Facebook et le sera d’ici peu sur Twitter et Snapchat.


Gaëlle Sipos, les acquis sociaux ne sont en rien des cadeaux

Élue depuis un an à la tête de l’UD de l’Allier (03), Gaëlle Sipos, 51 ans, est professeur des écoles en maternelle près de Montluçon. Avec le SNUDI-FO, dont elle était secrétaire départementale, elle est heureuse d’avoir contribué à la mise en échec de la convention ruralité, qui aurait mené à la fermeture de petites écoles dans son département. Nous avons lutté aussi contre un pan de la loi Rilhac qui ouvrait la fonction de directeur des écoles à des non-enseignants. Gaëlle, qui s’est toujours montrée intéressée par l’interpro, précise : Je me suis formée pour ça grâce à FO. Elle mise à son tour sur la formation des militants pour renforcer l’audience du syndicat. Actuellement elle sillonne l’Allier pour la campagne des élections de la fonction publique. Elle souligne aussi l’importance de mobiliser pour la défense des retraites car les acquis sociaux ne sont en rien des cadeaux. Il faut les gagner et se battre pour les conserver.


Arkaddine Abdoul-Wassion, je veux redonner son attractivité à l’UD

Depuis que Mayotte (île de l’océan Indien) est devenue le 101e département français en 2011, Arkaddine Abdoul-Wassion a pris part à tous les combats pour le respect de l’égalité républicaine, en tant que secrétaire général adjoint du syndicat FO au Centre hospitalier de Mayotte (CHM).  On s’est battu pour l’indexation des traitements des agents publics [actuellement 40 %, NDLR], pour intégrer la caisse de retraite des fonctionnaires de Mayotte à la CNRACL, pour une agence régionale de santé de plein exercice, explique le régulateur de blocs opératoires, 54 ans, technicien supérieur de formation dans la valorisation des espaces ruraux. Il a découvert le militantisme avec FO, deuxième organisation du CHM, à laquelle il a adhéré en 2003. Secrétaire général de l’UD depuis mai, il a pour objectif de faire de FO la première organisation. Je veux redonner son attractivité à l’UD, dit-il. Pour cela, il s’efforce de recréer de la cohésion entre ses syndicats, et mise sur la formation des militants.


François Trinquet, j’ai à cœur de considérer l’UD comme l’union de tous les syndicats

François Trinquet, secrétaire général de l’UD FO des Hauts-de-Seine (92) depuis mai, en connaît bien les arcanes. Depuis 2017 il était membre du bureau, chargé de l’organisation. J’ai à cœur de considérer l’UD comme l’union de tous les syndicats qui la constituent, note l’ingénieur de recherche en génie des procédés frigorifiques. Âgé de 45 ans, son militantisme est né avec FO il y a vingt-deux ans. Il était étudiant et surveillant d’externat dans le secondaire. La lutte contre la casse de ce statut a été sa  première grosse bataille. Il y en a eu bien d’autres au Cemagref (devenu IRSTEA), l’institut où il est titularisé après son doctorat, pour défendre les conditions de travail, les unités de recherche. Au point qu’il devient en 2017 responsable de la FNEC FP-FO dans le 92. Sa priorité c’est le développement, par tous les moyens : l’appui aux syndicats, les PAP (protocole d’accord préélectoral) et le soutien de terrain aux mobilisations.


Audrey Dujardin, que le public et le privé ne fassent qu’un

C’est peu de le dire, Audrey Dujardin, 38 ans, secrétaire générale de l’UD FO du Nord (59) depuis le 21 octobre, connaît le sens de problèmes avec un employeur. Après dix ans de procédure, l’adjointe administrative territoriale à la mairie de Bouchain a gagné en mars son procès, au pénal, pour harcèlement moral, contre l’ancien maire, qui a été condamné, entre autres, à huit mois de prison avec sursis. C’est cette situation de souffrance au travail qui avait conduit la Nordiste à adhérer à FO en 2010. Puis, rapidement, à militer. Les camarades sont venus me chercher pour prendre les rênes de l’UD, indique celle qui était secrétaire adjointe à l’UD depuis 2020. Pour Audrey, l’objectif est désormais de développer la visibilité de FO, soutenir les syndicats, organiser des réunions dans les seize unions locales... Tout ce qui peut participer, dans la camaraderie, à rassembler et à unir les militants du public et du privé, pour qu’ils ne fassent qu’un.


Élisabeth Imbertèche, de l’histoire-géo à l’interpro

Élisabeth Imbertèche, 43 ans, professeur d’histoire-géo, est secrétaire générale de l’UD de Corrèze (19) depuis le 17 juin. Je me sens utile, appuie-t-elle, citant son récent soutien à une grève de six jours, victorieuse, à l’entreprise Photonis (400 salariés) de Brive. FO, syndicat leader, y a décroché une prime de 2 200 euros et une hausse de salaire couvrant l’inflation, se réjouit la prof titulaire de zone de remplacement (TZR) depuis son retour à ses sources corréziennes en 2018. Encartée à FO en 2010, elle a tenu divers mandats au sein du SNFOLC depuis 2014. Devenue secrétaire de la FNEC FP-FO en Corrèze, elle a aussi mené des combats à l’échelle interprofessionnelle, telle la grève contre la loi Travail. Actuellement, elle jongle entre les négociations de PAP, pour les élections CSE, et la préparation des élections fonction publique, avec un meeting le 17 novembre à Brive. Sans parler du développement de FO sur le terrain, l’apport de formations aux militants, etc. Un emploi du temps bien chargé.


 Voir en ligne  : Recherchez une union départementale Force Ouvrière

Sandra Déraillot Journaliste à L’inFO militante

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante