Les organisations syndicales s’adressent aux députés

Dossier Loi Travail par Yves Veyrier

Article publié dans le Dossier Loi Travail

Une lettre commune des syndicats opposés à la loi Travail est remise directement aux députés.

Dénonçant à nouveau le manque de concertation, elle met l’accent sur les conséquences de la « rupture dans l’articulation entre les normes, rendant la loi bien plus supplétive qu’impérative ». En effet, la loi donne « la priorité ou l’exclusivité à l’entreprise comme niveau de négociation », ou « la pression et le chantage à l’emploi sont les plus forts sur les salariés ».

Elle dénonce aussi « le référendum [qui] pourrait servir à court-circuiter les syndicats », et met en garde, à l’appui de l’expérience de pays comme l’Espagne ou le Portugal, contre la décentralisation de la négociation qui a conduit à son effondrement.

« Nous vous demandons de rejeter ce projet de loi »

L’adresse aux députés énonce les « remises en cause importantes » sur les heures supplémentaires, la médecine du travail, le licenciement… et conteste l’effet d’annonce sur la Garantie jeunes, ainsi que l’aggravation des inégalités professionnelles, dont pâtiraient en premier lieu les femmes, du fait notamment de la flexibilité plus grande des horaires de travail.

Appelant les députés à « rejeter ce projet de loi », les syndicats se déclarent disponibles pour échanger avec la représentation parlementaire. 

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Loi travail : autoritarisme social versus liberté de négociation

Emploi et Salaires par Yves Veyrier

L’analyse de la loi Travail sur la question du principe de faveur (article 2 du projet de loi) en regard de la situation actuelle, qui résulte de la loi de 2004 et d’un accord interprofessionnel de 2001, montre en quoi elle constitue une rupture majeure. Un rapport commandité par la DARES en 2008, sur l’évolution des accords dérogatoires révèle aussi nettement les réelles intentions que recouvre la loi Travail aujourd’hui.
Le processus d’élaboration de la loi comme son contenu vont enfin à l’encontre de la négociation libre et volontaire établie comme principe fondamental de la liberté syndicale par l’OIT.

Stop au tsunami libéral

Urgence sociale

Chômage, Pacte de responsabilité, travail le dimanche, salaires en berne, recul de l’âge des retraites complémentais à 63 ans, réforme du code du travail, accord dérogatoires sur les heures supplémentaires, référendum, ... Un véritable tsunami libéral est lancé contre les droits sociaux - FO appelle les salariés à préparer la mobilisation interprofessionnelle