Les retraités mobilisés pour leur pouvoir d’achat

Retraite par Françoise Lambert

Photo : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Mercredi 3 octobre, des délégations de retraités, venues de toute la France, se sont rassemblées à Paris place de la République, à l’appel de neuf organisations de retraités, le « groupe des 9 », dont l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO). Les retraités dénoncent la hausse de la CSG et le quasi-gel de leurs pensions.

Le matin, ils avaient exprimé leur colère lors d’une réunion à la Bourse du travail à Paris. Une délégation du « groupe des 9 » s’est rendue dans l’après-midi à l’Assemblée nationale, pour remettre une pétition qui a rassemblé environ 250 000 signatures. Elle n’a pas été reçue par les députés de la majorité présidentielle.

Les retraités de l’UCR-FO se préparent à une nouvelle mobilisation : le 9 octobre, ils participeront aux manifestations organisées lors de la journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle.

Ils revendiquent l’augmentation des pensions et retraites, l’abrogation de la CSG et le maintien des pensions de réversion. Ils s’opposent en outre à la mise en place d’une retraite par points et à la casse des services publics.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Yves Veyrier : « L’Acte syndical »

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

Mouvement des « gilets jaunes » et ses actes successifs, « stylos rouges »… autant de formes d’expressions sociales et de mécontentements qui semblent bousculer, vouloir s’affranchir, ou même rejeter les organisations collectives existantes, dont les syndicats.

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.