Les révoltes du Moyen Âge

Histoire par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Retour de Charles VI à Paris après la révolte des Maillotins (Chroniques de Jean Froissart, XVe siècle, Paris, BnF).

La lutte des classes ne commence pas avec la révolution industrielle. Si dans l’Antiquité on assiste plutôt à des révoltes serviles, au Moyen Âge il s’agit essentiellement de soulèvements paysans, mais pas uniquement.

Au Moyen Âge 80% de la population mondiale est paysanne. En Europe occidentale c’est le féodalisme qui règne. Dans ce système, l’esclavagisme antique a disparu. S’il reste dans certaines régions du monde du servage, en Occident le paysan totalement libre est minoritaire. La majorité dépend de son seigneur par tout un code complexe de dépendance fiscale, juridique et militaire.

L’historiographie contemporaine a pris l’habitude d’appeler ces révoltes paysannes « Jacqueries », venant du mot « Jacques ». Il s’agit d’un terme péjoratif employé par les nobles pour parler des paysans. Ces révoltes ont quasiment toujours les mêmes causes : trop d’impôts, trop de guerres, trop de misère. Quand la météo s’en mêle et que les récoltes sont mauvaises, les famines poussent les paysans à la révolte, voire à l’insurrection.

Ces dernières sont toujours très violentes. Les châteaux et les couvents sont brûlés, détruits, les nobles massacrés, leurs femmes violées et leurs enfants parfois brûlés vifs. Et depuis l’Antiquité, plus les classes possédantes ont peur de ces violences révolutionnaires, plus la répression est impitoyable et cruelle.

Les premières grandes jacqueries sont signalées en Normandie en 996 et 1095. Suivront des soulèvements dans la région de Laon en 1175, en Picardie en 1251 (révolte des Pastoureaux). En 1320, le soulèvement des « néo-Pastoureaux » touche aussi bien la Normandie que le Limousin et le Périgord. Mais la jacquerie la plus fameuse est la « Grande jacquerie » du 21 mai au 10 juin 1358 qui touche le Beauvaisis. En effet, menée par Jacques Bonhomme (de son vrai nom Guillaume Caillet), cette révolte paysanne a pris une tournure politique en cherchant à faire sa jonction avec la municipalité de Paris en lutte contre le pouvoir royal.

C’est toute l’Europe qui sera touchée : le sud de l’Angleterre en 1381, la Roumanie en 1437-1438, la Bretagne en 1489, l’Alsace en 1493, la Hongrie en 1514, la Suisse de 1591 à 1594, la Suède de 1595 à 1597 et même le Japon en 1441.

Révoltes ouvrières et urbaines

Au Moyen-âge le prolétariat industriel n’existe pas encore. Mais il y a déjà des ouvriers du textile. La révolte la plus connue est celle des « Ciompi » de Florence. Il s’agit non pas de marchands ou d’artisans, mais d’ouvriers du textile. Ils se révoltent le 22 juin 1378 contre des salaires trop bas alors que l’inflation gangrène la cité, mais aussi contre le chômage qui commence à les toucher.

Ils revendiquent par ailleurs le droit de s’organiser en tant qu’association, comme les marchands peuvent le faire. C’est tout le petit peuple de Florence qui s’insurge, brûlant palais et couvents. Les Ciompi demandent à être reconnus comme branche professionnelle pour avoir accès aux décisions communales et donc à des postes au sein du « Conseil municipal ». Le 21 juillet, les révoltés attaquent les bâtiments des patrons de la laine, du fisc et de la justice. Le lendemain, ils prennent le pouvoir et installent le cardeur de laine Michele di Lando comme « ministre » de la Justice. Mais ils seront trahis par les artisans aisés et la « Commune de Florence » sera écrasée le 31 août. Di Lando a eu la chance de ne pas être exécuté, mais simplement exilé.

On assistera à la même révolte en Auvergne et au Languedoc de 1381 à 1384, venant des ouvriers teinturiers du textile : les Ongles bleus ou Tuchins.

Autre révolte d’importance, celle des « Maillotins » à Paris de mars 1382 à janvier 1383. Au départ, il s’agit d’une révolte fiscale. Le 1er mars 1382, les ouvriers et les artisans parisiens se révoltent et sont rejoints, de suite, par les paysans de Clichy et des Ternes.

Ils s’emparent alors de 2 000 gros maillets de plomb, arment 20 000 hommes et s’en prennent aux banquiers et aux collecteurs d’impôts. Ils vont auto-administrer la ville jusqu’au 1er décembre, date du retour du roi Charles VI et de son armée. N’étant pas encore des régicides, ils laissent entrer les troupes royales dans la capitale. Dès janvier 1383, ces dernières vont se livrer à une féroce répression. Les chefs maillotins seront arrêtés, torturés et exécutés. Presque 500 ans avant la Commune de Paris !

 

Pour en savoir plus : Michel Mollat, Philippe Wolff : Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles. Paris, Calmann-Lévy, 1970, 328 p.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Les attaques contre le droit de grève

Histoire par Christophe Chiclet

Depuis les débuts de l’organisation du mouvement ouvrier à la fin du XVIIIe siècle, force est de constater qu’il existe plus de lois visant à interdire, ou encadrer strictement, le droit de grève, plutôt que défendre ce droit fondamental des travailleurs.

La grande grève victorieuse de 1995

Histoire par Christophe Chiclet

En s’attaquant frontalement à la Sécurité sociale et aux retraites, le gouvernement de l’époque a dû affronter une grève générale interprofessionnelle qui a duré plus d’un mois, obligeant le gouvernement à faire marche arrière.

La trêve des confiseurs

InFO militante par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Depuis la fin du XIXe siècle en France, il est d’usage qu’entre Noël et le Nouvel an les joutes parlementaires, politiques, s’arrêtent l’espace d’une dizaine de jours. Mais pour autant, cet appel à oublier ses soucis et à goûter aux chocolats ne fait pas disparaître la crise sociale.

1539 : l’ordonnance de Villers-Cotterêts

Histoire par Christophe Chiclet, L’Info Militante

C’est sous le règne de François 1er que la France se dote d’un corpus législatif qui sera à l’origine d’un centralisme juridique, administratif, linguistique, mais aussi très antisocial, contre les corporations d’artisans et l’évolution des salaires des travailleurs de l’époque.