Les saisonniers en attente de leur devenir

Emploi et Salaires par FGTA-FO, Transports et logistique

© Robert KLUBA/REA

Communiqué de La Fédération Transports et Logistique
FO/UNP et de la FGTA-FO

Afin de sensibiliser l’Elysée et Matignon sur la problématique de saisonniers en attente de leur devenir et faute d’avancées avec le ministère du Travail, malgré plusieurs entretiens et relances, nous avons officiellement sollicité et obtenu une entrevue avec le cabinet du Premier ministre.

Une rencontre bilatérale est prévue le 18 juin à 10h sur les bases du constat de la précarisation d’une population travaillant au rythme, habituellement régulier, des saisons. Des solutions de sauvegarde doivent être trouvées en urgence pour la sécurisation des emplois concernés.

Nous aborderons les sujets pénalisants suivants :

  6 mois de contrat pour obtenir le droit au chômage.
  Plus de rechargement des droits (il faut 6 mois de travail).
  Pas d’allocation partielle si l’employeur n’accepte pas d’y participer financièrement.
  Non respect de l’obligation de réembauchage au-delà de 2 saisons concluantes (sauf remontées mécaniques).
  Des autorisations de report d’embauche (sine die) par les Direccte.

Le tourisme en France qui emploie majoritairement des saisonniers représente 8% du PIB. Pour exemple, l’industrie automobile se situe aux environs de 4%.

Les saisonniers, lassés d’attendre des mesures leur assurant un minimum vital sont prêts à s’investir comme ils ont su le faire par le passé.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Transports et logistique Secrétaire général

Sur le même sujet

La semaine FO de l’adhésion syndicale, c’est maintenant, du 17 au 22 janvier

Communiqué de FO par Cyrille Lama, Secrétaire général de Force Ouvrière

Dans les départements, près de deux cents (200) actions seront organisées avec pour but de mettre en avant le rôle et l’importance du syndicat sur le quotidien des salariés (salaires, emplois, conditions de travail, retraite, sécurité sociale, formation et carrière professionnelle, discrimination…) et de toucher les salariés, femmes et hommes, éloignés aujourd’hui du syndicat : emplois dispersés, TPE, entreprises dépourvues d’implantation syndicale, en contrats précaires, saisonniers, en télétravail, jeunes en apprentissage, en formation, demandeurs d’emplois.

Yves Veyrier : Vous avez dit dialogue social ? Nous disons négociation collective !

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière

Dès que nous avons appris le vote d’un amendement au Sénat, samedi 14 novembre, réintroduisant le sujet de la réforme des retraites, notre réaction a été sans détour : L’amendement au Sénat sur la réforme des retraites avec le recul de l’âge et l’allongement de la durée de cotisation s’apparente à un 49-3 ! (...)