Les salariés de Transfix pas encore fixés !

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

La Fédération FO de la Métallurgie dénonce le manque de considération et de dialogue social de la direction générale du groupe Cahors et plus particulièrement face à la situation du site de Transfix, à La Garde (83). En effet, depuis plusieurs semaines, nos représentants FO ne cessent d’interpeller la direction du groupe afin qu’elle revienne à la table des négociations pour discuter de la situation dramatique dans laquelle se trouve le groupe Cahors.

La Fédération FO de la Métallurgie et ses représentants FO craignent à terme la fermeture du site Transfix de La Garde (83), dernier pionnier de la fabrication des transformateurs électriques en France. Notre analyse est inquiétante et met en évidence une tentative de liquidation judiciaire volontaire alors qu’il faudrait plutôt investir et honorer les engagements pris auparavant sur ce sujet.

De surcroît, la société Enedis, sous contrat de service public avec l’État, donneur d’ordre principal et partenaire de Tranfix depuis des années, écarte de plus en plus son fidèle sous-traitant au profit d’acteurs étrangers, ce qui se traduit par des pertes colossales de commandes. A ce jour, il est attendu une réponse des derniers appels d’offres qui serait décisive pour l’avenir du site et des emplois. L’État a son mot à dire !

Pour rappel, sur 340 salariés, le site de Transfix a perdu environ 100 salariés en un an. Depuis, nous constatons amèrement que rien n’a été fait pour redresser la situation. Nous craignons et faisons face à « un hold-up » organisé qui ne laisserait aucune chance aux salariés et remettrait en cause la survie du site.

En plein Plan de relance, le groupe Cahors ne se distingue pas ! La Fédération FO de la Métallurgie, les représentants FO et l’Union Départementale FO 83 considèrent que l’outil industriel doit être préservé ainsi que les emplois. FO mettra tout en œuvre pour faire remonter au plus haut niveau de l’État, du gouvernement et de Bercy, les inquiétudes pesant sur cette spécialité industrielle et sur les salariés.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Transfix : les salariés inquiets pour l’avenir du site varois

Emploi et Salaires par Elie Hiesse

A l’issue d’une grève de trois jours, les 330 salariés de l’usine Transfix de La Garde, dans le Var, ont obtenu la révision partielle d’un accord de juin 2017, qui faisait travailler les opérateurs « 39 heures payées 37 ». Mais l’avenir du site spécialisé dans la fabrication de transformateurs électriques reste incertain.

FO se bat pour les 7 500 salariés de DIA

Grande distribution par Clarisse Josselin

L’appel de FO a été entendu. À la suite de la lettre ouverte de la fédération FGTA-FO interpellant le gouvernement et les éventuels repreneurs de DIA sur le sort des 7 500 salariés, les délégués syndicaux de l’enseigne de hard-discount ont été reçus le 23 mai à Bercy.

Grande-Bretagne : le TUC dénonce le sous-emploi

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°27 par Secteur Europe - International

A la veille des élections britanniques qui se sont achevées sur une large victoire du parti conservateur au pouvoir depuis 2010, le TUC s’est inquiété de la montée des inégalités et d’une reprise économique plus favorable en apparence mais qui ne bénéficie pas aux travailleurs.

Le désaccord : Renault Trucks

Entre Militants

Les syndicats, dont FO, de chez Renault Trucks (groupe Volvo), ont quitté le 17 juin la table des négociations sur le plan d’accompagnement des 512 suppressions d’emplois, estimant que la direction n’a pas « amélioré » sa copie, comme l’avait demandé mardi le ministre de l’Économie Emmanuel Macron. « (...)