Les salariés du site logistique de Saint-Georges-d’Espéranche (38) sont à bout de nerfs

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

© FO Conforama

Communiqué de la FEC-FO - Section fédérale du Commerce & VRP

Depuis qu’ils ont appris la fermeture prochaine de leur entrepôt, avec à la clef 78 emplois supprimés, les salariés de Saint-Georges-d’Espéranche expriment leur colère. Soutenus par Force Ouvrière, ils comptent à ce jour 7 jours de grève massivement suivis. Ils ont bien compris que la direction de Conforama les considère comme des variables d’ajustement que des actionnaires sans scrupule décident du jour au lendemain de sacrifier.

A bout de nerfs, les salariés iront jusqu’au bout de leur juste combat. Ils demandent, à défaut de la suppression de ce plan de « sauvegarde de l’emploi », l’obtention d’une indemnité supra-légale de licenciement qui leur permettrait de quitter dignement cette entreprise à laquelle ils ont donné de nombreuses années de leur vie.

La Section fédérale du commerce & VRP et la Section FO Conforama rappellent à la direction sa responsabilité en ce qui concerne la santé et la sécurité des salariés et l’alertent sur leur état psychique désastreux qui pourrait pousser certains d’entre eux à des actes irréparables.

La section fédérale du commerce & VRP et la section FO Conforama soutiennent totalement l’action des salariés de Saint-Georges-d’Espéranche et appellent la direction de Conforama à revoir sa copie.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Castorama : FO ne signe pas le plan social

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

FO a refusé de signer mi-juillet deux accords qui entérinent la fermeture de onze magasins Castorama et Brico Dépôt et suppriment près de 800 postes. Le syndicat conteste le motif économique avancé par la direction.

Marie Brizard : le fighting spirit paye

Toute l’actualité par Michel Pourcelot

Face à un plan social aux conditions médiocres, une intersyndicale s’était constituée au sein de la société de spiritueux Marie Brizard (MBWS, soit Marie Brizard Wine & Spirits). Suite à des négociations infructueuses, cinq jours de grève ont amené à des négociations qui ont permis d’obtenir des avancées notables.