Les salariés intérimaires spoliés de la prime PEPA et de la prime Covid

Intérim par Employés et Cadres

Article publié dans le Dossier Intérim

Les salariés intérimaires se considèrent souvent comme de sous-salariés avec très peu de reconnaissance ! Encore un exemple avec ces 2 primes :

La prime PEPA :

L’ordonnance n°2020-385 du 1er avril 2020 et la troisième loi de finances rectificative pour 2020 modifient les modalités de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat pour 2020 :

 la prime peut être versée par toute entreprise dans la limite de 1 000 euros

 son montant peut être porté à 2 000 euros si l’entreprise a signé un accord d’intéressement

 elle peut être versée jusqu’au 31 décembre 2020.

La condition d’un temps de présence le 31 janvier est inacceptable. En effet,80% des entreprises ferment pour les fêtes de fin d’année ! Les syndicats représentatifs dans les entreprises utilisatrices peuvent faire changer les choses !

Exemple : Un salarié intérimaire qui aurait travaillé (avec une lettre de mission intérimaire) toute l’année 2020 mais qui était en suspension de contrat due à la fermeture annuelle, ne touchera pas cette prime.

La prime Covid pour le personnel soignant intérimaire :

Par le principe d’égalité de traitement,un salarié intérimaire a le droit aux mêmes primes que le personnel en CDI. Or, le ministre de la santé et du travail a dérogé à ce principe en excluant d’office les salariés intérimaires !

FO Intérim a envoyé 2 courriers au ministère du Travail et il y a eu aussi 2 courriers paritaires de la branche (signés par tous les syndicats patronal/salarial) sans aucune réponse !

LES SALARIES INTÉRIMAIRES NE SONT PAS DE SOUS-SALARIÉS ! FO INTÉRIM EST LÀ POUR VOUS AIDER !

Employés et Cadres Secrétaire Général

Plus dans le Dossier Intérim
Tous les articles du dossier

Travail temporaire : des salariés précaires à ne pas laisser tomber

Les Dossiers de l’Info militante

Près de 2 800 000 intérimaires ont travaillé dans une entreprise utilisatrice en 2018 et quelque 500 000 d’entre eux remplissent les conditions pour pouvoir élire leurs représentants aux CSE des entreprises de travail temporaire.