Les salariés, les grands oubliés du rapport Quinqueton

Communiqué de FO par Marie-Alice Medeuf-Andrieu

En vue d’une réduction drastique du nombre de branches professionnelles, souhaitée par le gouvernement, un rapport devait éclairer les interlocuteurs sociaux et l’administration du travail…

Le rapport Quinqueton, tant attendu, est remis ce jour mais ne lève pas les incertitudes sur des problématiques fondamentales telles que : Comment seront comblés les vides conventionnels résultant des restructurations ? Quelles seront les conséquences de la disparition des conventions collectives ?

Pour Force Ouvrière, le rapport Quinqueton est un rapport qui ne garantit :

 ni le niveau des dispositions conventionnelles résultant des restructurations de branche ;

 ni le maintien des droits conventionnels des salariés dont la convention collective va disparaitre.

Des conséquences pour les salariés des branches fusionnées que le rapport se garde bien d’évoquer, en préconisant une application obligatoire de la convention collective d’accueil dans un délai extrêmement court.

Par contre, les mécanismes destinés à favoriser la diminution du nombre de branches professionnelles sont largement énumérés…

Marie-Alice Medeuf-Andrieu Secrétaire confédérale - Secteur Conventions collectives

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Il y a urgence sociale !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations syndicales et de jeunesse ont fait l’analyse de la situation économique et sociale qui s’annonce tendue pour les prochaines semaines et en particulier à la rentrée de septembre.

Réforme du CESE - FO s’adresse au Premier ministre

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Alors que le projet de loi organique relatif aux conditions de fonctionnement et à la composition du Conseil économique, social et environnemental (CESE) est à l’ordre du jour au Conseil des ministres, FO s’est adressée au Premier ministre.

Rétablissement de la prime Naissance

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le 25 juin 2020, la proposition de loi de M. Lurton qui consiste à rétablir le versement de la prime à la naissance au 7e mois de grossesse d’un montant de 947,32 euros, a été adoptée en première lecture à l’unanimité.