Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Les travaux les plus récents de l’Ires présentés par FO

Ires

Retrouvez dans cet article les derniers travaux de l’Ires présentés par FO

Quand l’État et les collectivités locales mobilisent directement les bénévoles. Une « bénévolisation » de l’action publique ?

Simon Cottin-Marx - Février 2022

En France, le bénévolat est très majoritairement réalisé au sein d’associations. Mais ces dernières n’en ont pas le
monopole. Les pouvoirs publics mobilisent aussi directement les bénévoles. Dans ce rapport, nous réalisons un panorama des dispositifs publics de mobilisation directe des bénévoles, qu’ils s’inscrivent dans le cadre de services publics étatiques ou de collectivités territoriales. En nous appuyant sur une enquête documentaire et de terrain, réalisée en 2021 dans un moment marqué par la crise sanitaire, nous questionnons ce que font ces bénévoles du Public et nous cherchons à déterminer si le travail qu’ils réalisent se substitue à celui de fonctionnaires.

Télécharger le rapport

Télécharger la synthèse du rapport

Intelligence Artificielle, Algorithmes et Ressources Humaines : un nouvel enjeu syndical

François Geuze, consultant expert et enseignant en master RH, IAE de Lille et de Montpellier (Mars 2022)

L’essor de l’intelligence artificielle constitue un fait majeur tant le champ des applications apparaît sans fin pour nombre d’activités (médecine, banques, véhicules autonomes, assistants personnels…). Dans le domaine des relations sociales, les effets de l’IA sont également perceptibles et cette étude en aborde les principaux enjeux afin
d’identifier la manière dont les acteurs s’en saisissent mais aussi les risques associés. Elle s’appuie sur la réalisation de nombreux entretiens individuels et collectifs, ainsi que sur l’analyse de la littérature disponible.

Après avoir défini le périmètre d’action de l’intelligence artificielle et ses usages par les responsables des Ressources Humaines, les partenaires sociaux et les managers, il s’agit d’évaluer les freins à la diffusion de l’IA et de saisir les facteurs de complexité en matière de dialogue social. Dans un second temps, cette recherche s’intéresse aux mécanismes des impacts de l’IA sur deux dimensions essentielles pour le dialogue social. D’une part, la transformation du travail en envisageant les effets concrets de l’IA sur le fonctionnement des entreprises et plus
généralement des organisations alors que plusieurs études d’impact de l’IA sur les métiers ont surtout contribué à opacifier le débat. D’autre part, le management du contrat de travail et des relations sociales, autrement dit comment l’introduction de l’IA influe sur les pratiques des ressources humaines (recrutement, formation professionnelle,
gestion des compétences et des parcours, qualité de vie au travail) et modifie les rapports sociaux au sein de l’entreprise.

Télécharger le rapport

L’impact des nouvelles technologies sur la qualité de l’emploi et du travail dans l’aide à domicile

direction Cathel KORNIG, sociologue

L’aide à domicile est un secteur d’avenir selon Pôle emploi. Face au vieillissement de la population, les besoins sociaux sont considérables et appelés à croître rapidement pour lutter contre les effets de la perte d’autonomie, tant dans le cadre du maintien à domicile que dans les établissements spécialisés. Les plus de 65 ans représentent 20 % de la population au 1er janvier 2021, dont la moitié a plus de 75 ans. Aussi les métiers du grand âge, aujourd’hui peu attractifs, devraient être amenés à se développer et à être revalorisés, comme le soulignent les rapports Libault et El Khomri en 2019. En réponse aux besoins du secteur, de nombreuses innovations techniques et technologiques voient le jour.

Cette étude cherche à comprendre comment l’activité de l’aide à domicile est prise en compte directement ou indirectement dans le champ des innovations technologiques du secteur, comment elle est pensée (et organisée par les différentes parties prenantes, y compris avec les aides à domicile elles-mêmes).

L’étude montre que les outils numériques et les nouvelles technologies sont introduites, le plus souvent, pour permettre le maintien au domicile des personnes âgées dépendantes du côté des bénéficiaires ou dans une
logique de rentabilité et de rationalisation des tâches du côté des structures d’aide à domicile mais non pour être au service de l’amélioration des conditions de travail.

Dans les deux cas, l’expérience, le savoir-faire et les besoins des aides à domicile ne sont que rarement mobilisés dans le processus de modernisation. Si ces outils ne sont pas nécessairement pensés comme instrument d’amélioration des conditions de travail, ils peuvent néanmoins en être un support, comme le montrent quelques
expérimentations autour du travail en équipes autonomes et leurs outillages numériques collaboratifs.

En s’appuyant sur l’expertise des aides à domicile pour réorganiser le travail, ces structures réinventent une organisation du travail qui permet d’améliorer les conditions de travail et la qualité du service auprès des bénéficiaires.

Télécharger le rapport

Tous les articles de la campagne