Licenciements Groupe Barrière : c’est l’âme de nos métiers qui disparaît

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Casino Barriere de Deauville / Romain GAILLARD/REA

Le groupe Barrière a décidé de licenciements à l’échelon national. Ces licenciements ne sont en fait qu’une restructuration qui ne dit pas son nom.

Ainsi, des jeux seront supprimés ou leur plage d’exploitation réduite. Un tel élément entraînera une baisse mécanique du Produit brut des jeux, renforçant mécaniquement les difficultés financières de l’entreprise, entraînant une baisse du niveau des prélèvements communaux, et diminuant les retombées résiduelles pour le commerce local. Bienvenu dans le monde des casinos low cost.

Ces licenciements sont en totale adéquation avec le constat d’une inébranlable baisse de la qualité de service, et de la mise à mort programmée de nos activités au profit de jeux automatiques et/ou électroniques. Nous le dénonçons, nous, amoureux de nos métiers et de nos territoires. Un casino doit rester l’ambassadeur de sa commune, par l’exigence des prestations fournies. Il serait illusoire de penser que l’on peut faire mieux, tout en faisant moins par une gestion minimaliste dénuée de toute ambition.

La réalité est que ces restructurations répondent exclusivement aux attentes des « financiers » qu’ils soient cadres dirigeants du Groupe, ou actionnaire minoritaire comme FIMALAC.

Alors oui, les casinos sont touchés tout comme le siège qui paie un lourd tribut. En l’état actuel, ce sont une soixantaine de poste qui seront supprimés, chiffre qui sera singulièrement revu à la hausse après les annonces de PSE sur Enghien les Bains et Deauvile.

Nous nous posons également beaucoup de questions sur l’éthique de ces licenciements. Le groupe communique sur ses valeurs, il conviendrait désormais de les appliquer.

Comment considérer à juste droit des licenciements de salariés handicapés, de salariés venant d’acheter ou dont les épouses sont enceintes, ou de salariés disposant d’une forte ancienneté ayant tous été fidèles au groupe ? La bienveillance n’est que de façade. Pire des Directeurs communiquent via les réseaux sociaux sur l’importance de leurs salariés, tout en déclenchant des licenciements.

Comment accepter la suppression de postes pourtant obligatoires au niveau des jeux traditionnels mettant en danger l’exploitation et fragilisant leur sécurité que ce soit sur le suivi des flux financiers, la lutte contre les addictions ou les potentielles tricheries ?

Aujourd’hui, Force Ouvrière dénonce cette stratégie financière et ce manque d’humanisme. Nous en appelons à toutes les forces vives pour relayer l’information, et obtenir la suppression de tous ces licenciements aussi injustes qu’injustifiés. Décideurs politiques, commerçants, habitants, clients, saisissez vous de ce dossier et défendez une vision ambitieuse de l’avenir, celle d’un casino où le service est au cœur de toutes nos préoccupations.

Un casino ne doit jamais devenir un point de vente de tickets à gratter, de jeux purement électroniques ou dématérialisés.

Un casino est avant tout un lieu de vie et de rencontres, avec des salariés qui donnent le meilleur d’eux-mêmes au quotidien.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Transfix : les salariés inquiets pour l’avenir du site varois

Emploi et Salaires par Elie Hiesse

A l’issue d’une grève de trois jours, les 330 salariés de l’usine Transfix de La Garde, dans le Var, ont obtenu la révision partielle d’un accord de juin 2017, qui faisait travailler les opérateurs « 39 heures payées 37 ». Mais l’avenir du site spécialisé dans la fabrication de transformateurs électriques reste incertain.

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.

313 suppressions d’emplois dans le Groupe Euralis

Agroalimentaire par FGTA-FO

Les instances représentatives du personnel ont été informées le 9/01/2018 d’une réorganisation du pôle alimentaire du groupe Euralis. Ce pôle est composé de 8 sites industriels sous les conventions collectives de la FICT (charcuterie industrielle) et de l’ADEPALE (produits élaborés).