Culture

[Livre] Brillante mais à l’avenir près d’éclater : un roman d’entreprise

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Traité de décomposition d’une vie calquée sur l’idéal du cadre trentenaire et décomplexé, l’ouvrage de Stéphanie Dupays passe au scalpel le monde glaçant de l’entreprise vue comme le parangon de la réussite sociale.

Brillante, Claire, le personnage principal, même pas trentenaire, l’est. Comme une surface réfléchissante, comme un miroir aux alouettes dont elle est elle-même le dindon de la farce. Diplômée d’une école de commerce, provinciale de famille modeste, elle a épousé tous les clichés du cadre moderne, sans autre foi ni loi que celles de la réussite sociale à travers l’entreprise. Elle est haut responsable marketing dans une multinationale de l’agro-alimentaire et est en couple avec un trader en métaux, Antonin, issu d’une bonne famille du XVIe arrondissement parisien. Plongée dans cet univers, Claire se sent invulnérable. Protégée du lot commun des salariés, immunisée contre l’absence de choix et la lente gangrène de la routine, épargnée par le rouleau compresseur de la recherche d’emploi. Pétrie des idéaux entrepreneuriaux, elle va d’autant se déliter quand sa position dans la hiérarchie s’effritera, pour avoir été vue comme une menace par sa supérieure qu’elle prenait comme modèle.

Le moins de risque social...

Pourtant Claire avait presque tout compris, notamment que la compétition s’est déplacée de l’excellence scolaire à l’habileté sociale. Tout en s’appuyant d’une main sur le buffet pour soulager son dos mis à mal par la cambrure excessive imposée par ses escarpins, Claire attrape un petit-four au design futuriste. En un coup d’œil, elle sélectionne celui qui présente le moins de risque social : pas d’herbe qui se coincerait dans l’émail, pas d’architecture alambiquée susceptible de glisser et tacher, pas de saumon qui laisse l’haleine chargée. Toujours tout contrôler. Mais parfois ça casse. Géante aux pieds d’argile dans un monde de verre et d’acier, Claire va se retrouver en disgrâce, son importance dans l’entreprise, et de par là sa propre vie, se réduisant comme peau de chagrin. Pour son premier ouvrage de fiction, Stéphanie Dupays a choisi un plutôt réaliste roman d’entreprise, un genre qu’elle estime sous-représenté tant l’entreprise a acquis une place littéralement essentielle dans la vie d’aujourd’hui.

Brillante, de Stéphanie Dupays, roman publié aux édition du Mercure de France, puis en collection Littérature Romans Poche en octobre 2017. 17 euros.