[Livre] Les enfants d’Asperger – Le dossier noir des origines de l’autisme

Culture par Corinne Kefes, L’Info Militante

Le Spiedelgrund : l’idéal de conformité

Le syndrome d’Asperger a été utilisé pour décrire un type d’enfants autistes possédant des capacités particulières positives. La première apparition du mot autisme date de 1911, mais Asperger participe à sa caractérisation par l’observation des comportements spécifiques de ces enfants. Cependant, cette notoriété est en quelque sorte le fruit d’un malentendu : les travaux d’Asperger, qui ont servi à cette dénomination, ont été détachés de leur contexte.

Cet ouvrage nous permet de replacer Asperger dans un lieu et un temps, et de comprendre comment se sont élaborées ses thèses. Il commence sa carrière à Vienne, en 1938, dans le milieu de la psychologie. La ville a mis en place un programme social intrusif, pour fortifier sa population affaiblie par la guerre, dont les conceptions sont basées sur l’eugénisme : il s’agit de supprimer les plus faibles par la stérilisation forcée et l’élimination des irrécupérables. La médecine permet alors de définir des normes, fondées sur l’aptitude à la communauté, et une pédagogie curative pour les cas déviants dans des institutions spécialisées.

L’ascension du IIIe Reich ne fera que renforcer ces pratiques : l’idéal de perfection, l’importance du collectif, la notion d’utilité sociale vont concourir à mettre en place un système de diagnostic pour déterminer si un individu est apte ou non à vivre dans la société et faire le tri. C’est dans ce cadre qu’Asperger entreprend de classifier les différents troubles du comportement des enfants autistes et tente d’élaborer des protocoles de soins, profitant du contexte pour expérimenter ces théories en toute impunité. Il développe une prise en charge personnalisée, destinée au développement cognitif et émotionnel, en utilisant l’empathie et l’inclusivité pour ceux qui peuvent être guéris. Mais si certains peuvent être réhabilités, les autres sont condamnés. C’est un programme d’euthanasie institutionnalisée qui s’instaure pour exclure définitivement les indésirables. Des milliers d’enfants feront les frais de ce protocole scientifique et perdront la vie.

Cette enquête fouillée et terrifiante nous met en garde sur les dangers de la catégorisation et sur le nécessaire respect de la diversité de chacun, au risque de construire une société déshumanisée.

Les enfants d’Asperger – Le dossier noir des origines de l’autisme d’Édith Sheffer. Éditions Flammarion, 390 pages, 12 euros.