[Livre] Raconter le chômage

InFO militante par Corinne Kefes, L’Info Militante

Collectif, sous la direction de Vincent Message. Éditions Presses universitaires de Vincennes, 269 pages, 14 euros ions

Le temps en suspension

On a l’habitude d’évoquer le chômage sous un angle statistique, de lire des études socio-économiques qui analysent ses différents aspects. Cet ouvrage prend une espèce de contre-pied pour aborder cette réalité d’une tout autre façon. Il repose sur une étude de terrain qui a deux fondements principaux : des témoignages incarnés, de plusieurs côtés de la barrière (du bureau plutôt), et une volonté littéraire, quasi esthétique, du rendu de cette parole, une recherche pour dire, raconter autrement.

Il s’agit ainsi d’aller plus loin que l’aspect théorique du chômage et de montrer la réalité humaine, voire les réalités, d’une situation bien souvent complexe. Cette expérimentation montre des points de vue multiples concernant la notion du chômage et la façon dont chacun peut le vivre, l’appréhender, l’intégrer. Il s’agit de récits à la fois singuliers dans leur unicité et aussi représentatifs de cette situation particulière, qui croisent les regards des disants (chômeurs, conseillers Pôle emploi, personnel d’une mission locale ou d’une association) et des passeurs (ceux qui recueillent la parole, qui ne sont pas des sociologues ou des économistes mais des gens issus du milieu littéraire ou artistique).

Le vocabulaire est familier, parfois cru, sans réécriture, pour respecter la vérité de la parole énoncée. De même, chaque entretien est retranscrit au travers de la sensibilité de celui qui reçoit la parole et cela donne, même visuellement, des chapitres très différents.

Il est donc question ici de représentation du mot chômage et de son corollaire, le travail, de la difficulté de vivre aussi bien au travail que sans travail, du regard social porté, du sens donné à une vie professionnelle comme à une vie personnelle.

Beaucoup de questions surgissent car le chômage est une rupture qui oblige à un (re)positionnement intime : qui suis-je, quelles sont mes aspirations, mes besoins ? Entrer dans le chômage, c’est un peu entrer en psychanalyse. C’est un moment hors du monde qui exige parfois une reconstruction.

Un paradoxe : alors que le chômage est devenu une peur primaire inculquée, intégrée dans le parcours de vie (à commencer par les choix d’orientation parfois), l’écart ne cesse de se creuser entre les politiques publiques et la réalité du terrain, souvent jalonnées d’injonctions contradictoires.