[Livre] Thalès et le trône de la sagesse

Culture par Corinne Kefes, L’Info Militante

Thalès l’ingénieux

Le divin forgeron, Héphaïstos, est las de ne fabriquer que des armes destinées à la guerre. Pour une fois, il aimerait bien créer un objet pour la paix. Il élabore alors un siège à trois pieds, tout en or, destiné au plus sage des hommes. Mais à qui le donner ? Il s’agit de ne pas se tromper : le sage amènera ainsi la paix mais un autre en fera un objet de convoitise et de discorde.

À peine terminé, le siège lui est dérobé et finit au fond de la mer. C’est un pécheur, le narrateur, qui trouve cet objet de légende. Le voici riche s’il parvient à le vendre, mais à qui ? Il faut demander à Thalès, lui dit-on. Parti à sa recherche, c’est au fond d’un puits qu’il le trouve et il l’aide à remonter à la surface. Thalès, redevable, accepte de l’aider à son tour. Mais trouver un homme sage semble ardu et les deux amis ne sont pas au bout de leur peine : partout où ils passent, le siège exerce sa malédiction et les entraîne de Charybde en Scylla. En désespoir de cause, ils s’en remettent à la Pythie.

Que va révéler l’oracle ? Qui est l’homme sage ?

Thalès, philosophe et géomètre, nous enseigne que la paix ne peut être le fait d’un seul homme mais qu’elle doit se construire avec tous car nul ne peut se dire sage, nul ne peut prétendre à la perfection. L’Homme ne peut que s’approcher de la sagesse, par la connaissance qu’il acquiert du monde et de lui-même, sans chercher pouvoir ou richesse.

Thalès et le trône de la sagesse de Yan Marchand – Clara Dupré. Éditions Les petits Platons, 63 pages, 14 euros.