[Livre-Théâtre] Une autre histoire du théâtre

Culture par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Le monde du spectacle en général et celui du théâtre en particulier, sont particulièrement touchés par les mesures prises face à la crise sanitaire. L’ouvrage « une autre histoire du théâtre » arrive donc à point nommé, en revisitant justement l’histoire du théâtre français et les multiples crises qui l’ont touché, mais pas coulé.

Pascale Goetschel est professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 Sorbonne. Elle a dirigé le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains de 2014 à 2018.

Tant que le théâtre est en crise, il se porte bien, annonçait Jean Vilar (1912-1971) [*]. Provocation, plaisanterie de ce grand homme de théâtre ? Bien au contraire, comme le montre ce livre qui renouvelle l’histoire des spectacles et contribue, plus largement, à une histoire sociale, culturelle et politique de la France.

En introduction, l’auteure précise : [...] en France, le théâtre fait couler de l’encre, et depuis longtemps. D’une part, le théâtre apparaît comme le conservatoire, voire le laboratoire de la langue française, sur le sol national au XVIIe siècle. De l’autre, la haine du théâtre s’exprime de longue date.

Les discours autour de la crise du théâtre qui commencent dès le siècle des Lumières, se multiplient particulièrement à partir des années 1890, en lien avec l’industrialisation du secteur et la concurrence d’autres formes de loisirs. L’auteure étudie en détails ces discours, mais aussi leurs auteurs et les acteurs qui les véhiculent (critiques, médias…) et bien sûr, les effets dans les pratiques. En effet, ces discours, comme le précise bien justement Pascale Goetschel, sont souvent mortifères et nauséabonds, puisant dans les registres de la morale, du politique, de l’esthétique, de l’économique et du social.

Théâtre officiel, théâtre critique

Avec le développement des libertés d’expression et donc aussi théâtrales, les adeptes du théâtre de cour (qu’elle soit royale, cléricale ou de nos jours… républicaine) se sont mis à parler de décadence du théâtre. Mais depuis l’Antiquité, la critique et la satyre satire ne sont jamais très loin. Les planches ont souvent une facilité à être irrévérencieuses. Heureusement. Face aux théâtres des cours, le théâtre populaire, villageois, décentralisé a toujours existé.

Mais les saltimbanques ne peuvent vivre d’amour et d’eau fraîche et la crise sanitaire qui perdure depuis mars dernier, menace l’exercice de leur passion artistique. Face à la situation actuelle, l’auteur conclut : Comment, dans ces circonstances, ne pas déplorer une situation catastrophique ? Comment ne pas profiter de ce moment pour inventer des formules alternatives : jeu en plein air, recherche de nouveaux lieux, rencontres avec les populations, métissage des formes spectaculaires ?. Et de s’interroger légitimement : Comment aussi ne pas se tourner vers les pouvoirs publics pour sortir de l’ornière économique et éviter un désastre social ?.

Pascale Goetschel : Une autre histoire du théâtre. Discours de crise et pratiques spectaculaires. France, XVIIIe-XXIe siècle. Paris, CNRS Éditions, 2020, 416 p., 27 €.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Notes

[*In revue Complexe, n°3, 1968.

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par  Michel Pourcelot

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.

[Théâtre] Vera : reine au bal des décomplexés, elle glisse

Culture par  Michel Pourcelot

Portrait d’une avide ambitieuse. Vera se croit l’une des reines du bal ultra-libéral mais va se prendre les pieds dans le tapis après avoir allègrement piétiné son entourage. Elle va valser et finir en citrouille. Au Théâtre de Paris, à partir du 3 mars 2018, avec Karin Viard et Helena Noguerra.

Work in Regress : pour faire progresser le travail

Festival d’Avignon par  Michel Pourcelot

Une pièce qui trouve son origine dans la série de suicides intervenue à France Télécom et qui en arrive à se pencher sur le rapport actuel au travail. Avec des témoignages en nombre, DRH, sociologues, syndicalistes... Et deux questions : le bonheur au travail est-il possible ? Peut-on changer le monde ?