[Livre] Une histoire des inégalités – de l’âge de pierre au XXIe siècle

Culture par Corinne Kefes

L’éternel recommencement

On pourrait croire que l’évolution des civilisations et le progrès technique auraient permis à l’Humanité d’atteindre l’égalité. C’est peut-être vrai aujourd’hui pour la loi (et encore...) mais ce n’est pas le cas pour l’économie. Cependant, l’Histoire montre qu’il y a eu plusieurs moments de nivellement des inégalités économiques.

La question est donc de savoir comment se forment ces inégalités et quels sont les leviers qui les font reculer. Cet ouvrage offre une large fresque chronologique et géographique, explorant le temps long sur l’ensemble de la planète. Historien, l’auteur se fait aussi démographe, économiste, sociologue comparatif et archéologue pour analyser ce mouvement oscillatoire.

Il commence par indiquer comment se créent les inégalités : elles sont possibles dès lors que la quantité de ressources dépasse la nécessaire subsistance. Il démontre ensuite que plus il y a de civilisation, plus il y a d’inégalité. Ce phénomène est en lien avec la répartition de la propriété et la transmission des acquis. Les systèmes de hiérarchie des sociétés renforcent l’accaparement et la prédation des ressources de certains au détriment des autres.

L’auteur décrit ensuite les quatre grands processus de rupture qui déterminent la baisse des inégalités, ces forces qui font basculer l’Histoire : la guerre, la révolution, l’effondrement des États et l’épidémie. Il les compare aux quatre cavaliers de l’Apocalypse qui parfois cheminent de concert. Il en ressort que pour que la baisse des inégalités soit effective, il est nécessaire que les chocs touchent l’Humanité de manière massive, le recul des inégalités ne se faisant qu’au prix de la violence et de la mort.

L’auteur cherche alors à savoir s’il existe d’autres alternatives qui évitent ces écueils, un nivellement pacifique en quelque sorte, en réfléchissant sur le  Et si ?. Le résultat de ses réflexions n’est malheureusement guère probant. D’autant que la roue tourne rapidement et qu’à mesure qu’on s’éloigne de l’épicentre du bouleversement, les inégalités réapparaissent.

Et demain, alors ? Nous vivons aujourd’hui dans un monde de paix, avec des politiques de redistribution, un développement profitable à beaucoup, une démocratisation large, une éducation de masse, des contre-pouvoirs au service des défavorisés, des États solides, une médecine efficace. Pourtant, nous sommes déjà proches d’une saturation maximale des inégalités et nous devons faire face à deux enjeux démographiques majeurs : le vieillissement de la population et des flux migratoires en constant accroissement.

La question de l’émergence d’une super élite mondiale affranchie des politiques nationales, de la prégnance du numérique, du développement des IA, de la refonte possible du corps humain présente le risque d’une future humanité duelle entre genrich et naturals. Il semblerait que le seul rempart à une inégalité totale soit une réponse mondiale qui décide d’une régulation choisie et assumée.

 

Une histoire des inégalités – de l’âge de pierre au XXIe siècle de Walter Scheidel. Éditions Actes Sud, 751 pages, 28 euros.