Loi Immigration : La FEETS FO revendique toujours l’abandon de cette loi indigne !

Fédération FEETS-FO par FEETS-FO

Par Mbzt — Travail personnel, CC BY 3.0

Communiqué de la FEETS-FO

La FEETS FO constate que la situation des travailleurs étrangers qui relèvent des secteurs de la fédération devient de plus en plus critique en ce début d’année 2024 :

 Suspension du contrat de travail faute de titre de séjour à jour alors que les délais de renouvellement ne sont pas de la responsabilité du salarié ;
 Perte de carte professionnelle en raison de la non-reconnaissance de récépissé d’accord par les autorités administratives.

Il est urgent d’améliorer le traitement administratif de ces milliers de travailleurs, maintenus, ainsi que leurs familles, dans une précarité indigne.

Dans le même temps la loi immigration est toujours examinée par le Conseil Constitutionnel. Si elle devait être promulguée, elle ne ferait qu’aggraver la situation des salariés concernés.

C’est pourquoi la FEETS FO apporte son soutien aux camarades qui manifesteront pour l’abandon de cette loi de rejet de l’autre.

FEETS-FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Sur le même sujet

Passe sanitaire et Conseil constitutionnel – réaction FO

Communiqués de FO par Yves Veyrier

FO note que le Conseil constitutionnel met en avant l’impératif de santé publique pour valider globalement la loi instaurant la vaccination obligatoire pour certaines catégories de salariés et le passe sanitaire.
Si, bien évidemment, FO revendique et agit depuis le début de la pandémie pour (...)

Loi immigration : la République abîmée !

Communiqués de FO par Béatrice Clicq, Eric Gautron, Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière, Secteur Protection sociale collective

La loi immigration, adoptée au prix de concessions inadmissibles du gouvernement, bafoue les principes républicains d’égalité et de solidarité. FO dénonce les manœuvres bassement politiciennes qui ont prévalu à l’adoption de cette réforme.
Le gouvernement avait la possibilité de retirer un (...)