Loi Macron : « Aller vite ça veut dire éviter le débat », estime Jean-Claude Mailly

Le Grand Soir 3, du mercredi 10 juin 2015 par Jean-Claude Mailly

« Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, déplore un possible nouveau passage en force de la loi Macron. »

Invité sur le plateau de France 3, le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, dénonce cet empressement. « Les explications que donnent le gouvernement ou le président du groupe socialiste, monsieur Le Roux, c’est de dire "ça va créer de l’emploi donc il faut aller vite". Moi d’abord je ne suis pas persuadé que ça va créer de l’emploi et deuxième élément, aller vite ça veut dire éviter le débat », déplore-t-il.

Selon lui, certains éléments du texte devraient pourtant être discutés, notamment la question des prud’hommes : « On mettrait un plafond sur les licenciements abusifs (...) ça mérite quand même débat ce genre de choses », estime Jean-Claude Mailly.

Sur le même sujet

Projet de loi Macron : Force Ouvrière persiste

Communiqué de Force Ouvrière

A la veille d’un week-end marathon de débats parlementaires à l’assemblée nationale sur le projet de loi Macron avant le vote solennel de mardi prochain Force Ouvrière tient à réitérer son opposition à ce texte et notamment à l’extension et à la banalisation du travail du dimanche : Que ce soit sur le (...)

Déclaration de la Commission exécutive confédérale de FO du 17 septembre 2015

Communiqué de Force Ouvrière

Après la loi dite « Macron 1 » qui remet en cause des droits des salariés (travail le dimanche, licenciements, prud’hommes, etc.) celle dite « Rebsamen » qui affaiblit notamment le rôle des CHSCT et la réforme territoriale, la Commission Exécutive Confédérale s’adresse solennellement au gouvernement sur (...)