Loi Travail : les employeurs se déchirent sur la future représentativité patronale

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin

L’UPA (artisans) et l’UNAPL (professions libérales) ont accusé le gouvernement, le 25 février, de « donner les clés du dialogue social » au seul Medef et de « marginaliser » les petites entreprises.

L’article 20 du projet de loi Travail transcrit un accord conclu entre le Medef et la CGPME pour définir les futurs critères de la représentation patronale en 2017 : un calcul basé à 20 % sur le nombre d’entreprises adhérentes et à 80 % sur le nombre de salariés.

La loi actuelle, votée en 2014, tient seulement compte du nombre d’entreprises. Ulcérée, l’UPA a claqué la porte de la négociation sur l’Assurance chômage.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Déclaration du Bureau Confédéral de Force Ouvrière du 11 avril 2016

Communiqué de FO

Alors que la détermination du mouvement pour le retrait du projet de loi travail ne faiblit pas et dans la perspective de la journée de grève et manifestations du 28 avril, le Bureau Confédéral de Force Ouvrière attire solennellement l’attention du Medef et de son président caricatural d’une conception des rapports sociaux oscillant entre l’anti-syndicalisme primaire et le corporatisme du milieu du XXe siècle.

Chômeurs : l’ouverture de la chasse ?

Revue de presse par  Michel Pourcelot

L’allocution présidentielle du dimanche 15 octobre ainsi que quelques phrases médiatisées de proches du pouvoir ont convaincu la presse de l’imminence d’un contrôle accru des demandeurs d’emploi. Aperçus.