Loi Travail : un tsunami libéral menace d’engloutir les droits des salariés

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

Article publié dans le Dossier Loi Travail

La loi El Khomri organise la déchéance du contrat de travail

Depuis plusieurs mois, FO dénonce le libéralisme économique et l’autoritarisme social du gouvernement. La loi travail, qui sera présentée en Conseil des ministres le 9 mars et qui a fuité dans la presse, en est l’illustration.

Temps de travail, rémunération des heures supplémentaires, forfait-jours, barémisation des indemnités de licenciement, contournement des organisations syndicales par le référendum, élargissement du licenciement économique : faute de s’attaquer au chômage, le gouvernement accélère la régression sociale.


Le journal de 13h de France Inter
Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de FO

Depuis plusieurs mois, FO dénonce le libéralisme économique et l’autoritarisme social du gouvernement. La version de la loi Travail devant être présentée en Conseil des Ministres le 9 mars prochain et qui a fuité dans la presse, avant même d’être transmise aux organisations syndicales, en est l’illustration.

Libéralisme économique

Cette loi est un concentré de revendications libérales car elle remet profondément en cause tant la hiérarchie des normes, c’est à dire l’organisation du droit du travail, que nombre de droits des salariés. Son article 1er prévoyant d’emblée que les garanties des libertés et droits fondamentaux dans la relation de travail peuvent être limitées « par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise »...

Autoritarisme social

Cet autoritarisme s’illustre par le mépris dans lequel sont tenues les organisations représentatives des salariés qui ont découvert certaines dispositions du texte de loi et notamment celles concernant les modalités du licenciement économique par la presse. En outre les menaces à peine voilées de recourir au 49-3 (comme pour la loi Macron) pour faire voter ce texte par le Parlement sont surprenantes alors que le texte de loi n’a même pas encore été transmis aux députés :

Dès la parution le 17 février d’une première version du texte de loi, le secrétaire général de Force Ouvrière avait prévenu :

L’argumentaire « Stop au tsunami libéral » paru la semaine passée alertait sur l’urgence sociale et mettait le gouvernement en garde. Ce matin, sur I-Télé, Jean-Claude Mailly a indiqué « En ce qui concerne Force Ouvrière, nous sommes prêts à agir, avec d’autres organisations, contre ce texte ».

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Interdiction de manifester contre la loi travail : Halte à l’autoritarisme

Emploi et Salaires par Union des Cadres et Ingénieurs

Une fois de plus le gouvernement fait le choix de l’autoritarisme. En interdisant la manifestation contre la loi travail prévue ce jeudi 23 juin, il porte délibérément atteinte à une liberté fondamentale. Prenant notamment comme prétexte la fatigue réelle des forces de l’ordre actuellement sur tous les fronts, le gouvernement laisse entendre qu’il n’a plus aucune autre force que l’interdiction.

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Communiqué CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Au soir d’une nouvelle journée de points forts d’action, les syndicats opposés à la loi Travail ont dénoncé le mépris du gouvernement, responsable de la situation de blocage. Condamnant les attaques injurieuses contre les syndicats, et n’étant pas dupes du jeu de surenchère du Sénat, elles réaffirment leur détermination face à l’entêtement du gouvernement. Déplorant le silence du président de la République pour seule réponse à leur lettre commune, elles rappellent les prochaines étapes que sont la votation et la journée de grève et manifestation nationale à Paris le 14 juin.