Loire (42) : Rassemblement contre la fermeture des urgences de nuit à Firminy

Service Public par Françoise Lambert

Manifestation devant l’hôpital Le Corbusier de Firminy (Loire).

Jeudi 23 juillet dans l’après-midi, environ 300 personnes ont manifesté devant l’hôpital Le Corbusier de Firminy (Loire) pour protester contre la fermeture des urgences la nuit, en raison d’une pénurie de médecins. FO et les deux autres syndicats à l’origine de la mobilisation dénoncent la « politique d’austérité » menée par l’Agence régionale de santé qui a conduit à la fermeture du service, pour une durée indéterminée, depuis le 22 juillet, entre 20 heures et 8 heures du matin.

« Dans le cadre d’un regroupement hospitalier prévu entre quatre établissements hospitaliers du sud du département de la Loire (Firminy, Saint-Chamond, le CHU de Saint-Étienne et le centre hospitalier du Forez, NDLR), le projet médical commun prévoit la limitation des services d’urgence », déplore Catherine Pont, du groupement départemental FO Santé. « Les urgences de l’hôpital de Firminy sont aussi fréquentées par la population du département de la Haute-Loire », ajoute-elle. Des habitants du département voisin s’étaient d’ailleurs joints à la manifestation.

Les urgences de nuit de Firminy sont actuellement réorientées vers le CHU et l’hôpital privé de la Loire, situés à Saint-Étienne, à une quinzaine de kilomètres de Firminy.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

La tension monte dans les maisons de retraite

Service Public par Françoise Lambert

A l’appel de Force Ouvrière, les personnels des Ehpad publics et privés de la région Occitanie étaient mobilisés le 9 novembre pour protester contre l’insuffisance des financements et des effectifs, qui entraînent une dégradation sans précédent de leurs conditions de travail et des conditions d’accueil des résidents.

Hôpitaux et Projet loi santé : inexorable anorexie ?

Emploi et Salaires par Michel Pourcelot

Le projet loi et santé n’en finit pas de provoquer des débats dans la presse. Et si l’opposition des internes et médecins a bénéficié d’une ouverture médiatique non-négligeable, les hôpitaux continuent, dans un relatif silence, de souffrir d’un mal récurrent : les obligations d’économies exigées par des objectifs comptables.