Lot-et-Garonne : Obtenir le retrait du projet de loi Travail

Congrès d’UD par Françoise Lambert

De droite à Gauche : Jean-Claude Mailly, Anne-Marie Parisi, Christian Mary et Christophe Attias.

Le XXVe congrès des syndicats FO de l’Union départementale du Lot-et-Garonne s’est tenu à Bon Encontre, à côté d’Agen, le samedi 11 juin. Christophe Attias (SNUDI) a été élu secrétaire général de l’Union départementale, en remplacement Christian Mary, qui avait souhaité ne pas attendre la retraite pour se retirer de ses responsabilités, dans le but de contribuer au rajeunissement de l’équipe.

Samedi 11 juin, à trois jours de la manifestation nationale contre le projet de loi Travail à Paris, les débats du XXVe congrès de l’Union départementale FO du Lot-et-Garonne ont essentiellement, et logiquement, porté sur la mobilisation contre le projet de loi Travail, qui fédère le mécontentement depuis plus de trois mois.

Christian Mary passe la main à Christophe Attias

Près de 150 participants, dont le secrétaire général de la confédération FO Jean-Claude Mailly, qui présidait le congrès, ont rendu hommage à l’engagement du secrétaire général de l’UD sortant, Christian Mary, issu des Télécom. Après dix-huit ans de mandat, il a passé la main à Christophe Attias, enseignant à l’école élémentaire et militant à FO depuis vingt-et-un ans, qui a été élu nouveau secrétaire général de l’UD.

Poursuivre le développement de l’organisation syndicale

Dans son rapport oral devant les congressistes, Christian Mary a rappelé la nécessité de tout mettre en œuvre pour poursuivre le développement de l’organisation syndicale. « Malgré la crise économique et la diminution du nombre de fonctionnaires avec la RGPP (Révision général des politiques publiques, ndlr), nous avons régulièrement augmenté le nombre des adhérents depuis 2011 », s’est-il félicité, « Aujourd’hui, nous avons plus d’adhérents du secteur privé. »

Bons résultats électoraux

Parmi les bons résultats électoraux réalisés par FO, figurent notamment les 85% de représentatitivé à la clinique Esquirol-Saint-Hilaire (1 400 salariés), et les 100% remportés par les syndicats dans les entreprises Mericq (transformation et vente en gros de poissons) et Ladhuie (fabrication de produits lactés).

Chaque salarié livré individuellement à son employeur

Christophe Attias, invité à s’exprimer devant le congrès, a quant à lui centré son intervention sur le projet de loi Travail. « Chaque salarié serait livré individuellement à la volonté de son employeur. Ce point justifie à lui seul l’exigence du retrait du texte. », a-t-il déclaré.

Discours de Christophe Attias, nouveau Secrétaire général de l’Union départementale FO du Lot-et-Garonne.

Christophe Attias a ensuite expliqué que la logique à l’œuvre dans le projet de loi Travail, qui remplace les garanties collectives par des « pseudo-droits » individuels, « concerne aussi les fonctionnaires ».

La réforme des rythmes scolaires destructrice pour l’école

« Les enseignants y sont confrontés depuis deux ans avec la réforme des rythmes scolaires, a-t-il affirmé, (…) Comme la loi El Khomri détruit le Code du travail, la loi de refondation détruit l’école publique républicaine en organisant la destruction des garanties collectives. »

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Jean-Claude Mailly : Code du travail : FO « prête à discuter » s’il y a « des marges de manoeuvre »

Les Échos le 22 mai 2017 par Jean-Claude Mailly

« Le Premier ministre et la ministre du Travail vont recevoir en bilatérale les différentes organisations syndicales et patronales sur le Code du travail. Et Emmanuel Macron lui-même va recevoir en tête-à-tête chaque leader syndical à partir de mardi. Si l’exécutif veut "aller vite", assurait Édouard Philippe dans une interview au "JDD" dimanche, cette réforme "majeure" donnera lieu à "une discussion" avec les partenaires sociaux. Celle-ci est "indispensable", souligne le Premier ministre. S’il assure aborder le dossier dans un "esprit d’ouverture", le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, avertit que "la discussion doit être une vraie concertation sur le fond, avec le temps nécessaire". » Les Échos

Réforme de l’Etat : ça commence mal !

Service Public par Pascal Pavageau

Le Premier ministre a annoncé explicitement une nouvelle vague de Réforme de l’administration territoriale de l’État (RéATE) lors du Conseil des ministres du 2 juillet. Ces annonces s’inscrivent dans la remise en cause des services publics locaux de l’État initiée par la RéATE de la RGPP de 2010.

L’élection : Syndicat national des collaborateurs parlementaires

Entre Militants

Le SNCP FO, Syndicat national des collaborateurs parlementaires, a saisi le tribunal administratif de Paris lundi 18 mai pour obtenir l’élection à l’Assemblée nationale de représentants pour les 2 000 assistants des députés, réclamant « des élections de site ». Un tel mode de scrutin est prévu par le Code (...)