Lot-et-Garonne : Obtenir le retrait du projet de loi Travail

Congrès d’UD par Françoise Lambert

De droite à Gauche : Jean-Claude Mailly, Anne-Marie Parisi, Christian Mary et Christophe Attias.

Le XXVe congrès des syndicats FO de l’Union départementale du Lot-et-Garonne s’est tenu à Bon Encontre, à côté d’Agen, le samedi 11 juin. Christophe Attias (SNUDI) a été élu secrétaire général de l’Union départementale, en remplacement Christian Mary, qui avait souhaité ne pas attendre la retraite pour se retirer de ses responsabilités, dans le but de contribuer au rajeunissement de l’équipe.

Samedi 11 juin, à trois jours de la manifestation nationale contre le projet de loi Travail à Paris, les débats du XXVe congrès de l’Union départementale FO du Lot-et-Garonne ont essentiellement, et logiquement, porté sur la mobilisation contre le projet de loi Travail, qui fédère le mécontentement depuis plus de trois mois.

Christian Mary passe la main à Christophe Attias

Près de 150 participants, dont le secrétaire général de la confédération FO Jean-Claude Mailly, qui présidait le congrès, ont rendu hommage à l’engagement du secrétaire général de l’UD sortant, Christian Mary, issu des Télécom. Après dix-huit ans de mandat, il a passé la main à Christophe Attias, enseignant à l’école élémentaire et militant à FO depuis vingt-et-un ans, qui a été élu nouveau secrétaire général de l’UD.

Poursuivre le développement de l’organisation syndicale

Dans son rapport oral devant les congressistes, Christian Mary a rappelé la nécessité de tout mettre en œuvre pour poursuivre le développement de l’organisation syndicale. « Malgré la crise économique et la diminution du nombre de fonctionnaires avec la RGPP (Révision général des politiques publiques, ndlr), nous avons régulièrement augmenté le nombre des adhérents depuis 2011 », s’est-il félicité, « Aujourd’hui, nous avons plus d’adhérents du secteur privé. »

Bons résultats électoraux

Parmi les bons résultats électoraux réalisés par FO, figurent notamment les 85% de représentatitivé à la clinique Esquirol-Saint-Hilaire (1 400 salariés), et les 100% remportés par les syndicats dans les entreprises Mericq (transformation et vente en gros de poissons) et Ladhuie (fabrication de produits lactés).

Chaque salarié livré individuellement à son employeur

Christophe Attias, invité à s’exprimer devant le congrès, a quant à lui centré son intervention sur le projet de loi Travail. « Chaque salarié serait livré individuellement à la volonté de son employeur. Ce point justifie à lui seul l’exigence du retrait du texte. », a-t-il déclaré.

Discours de Christophe Attias, nouveau Secrétaire général de l’Union départementale FO du Lot-et-Garonne.

Christophe Attias a ensuite expliqué que la logique à l’œuvre dans le projet de loi Travail, qui remplace les garanties collectives par des « pseudo-droits » individuels, « concerne aussi les fonctionnaires ».

La réforme des rythmes scolaires destructrice pour l’école

« Les enseignants y sont confrontés depuis deux ans avec la réforme des rythmes scolaires, a-t-il affirmé, (…) Comme la loi El Khomri détruit le Code du travail, la loi de refondation détruit l’école publique républicaine en organisant la destruction des garanties collectives. »

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Intervention de Jean-Claude Mailly au meeting du 3 mai 2016

Dossier Loi Travail par Jean-Claude Mailly

Bonjour à toutes et tous, au nom de Force Ouvrière je veux m’adresser d’abord, devant vous, aux députés. Vous allez entamer le débat sur le projet de loi travail. Vous avez déjà la possibilité, aujourd’hui, de le repousser en le renvoyant en commission et en demandant au gouvernement d’ouvrir les concertations indispensables pour que cette loi ne soit pas une loi de régression mais de progrès.

Ordonnances Travail : première analyse détaillée par FO

Emploi et Salaires

La confédération FO, dont les équipes se sont mobilisées tout l’été dans le cadre des concertations sur les ordonnances Travail, a procédé à une première analyse détaillée de celles-ci, présentées le 31 août par le gouvernement.

5 avril : la jeunesse est dans la rue pour le retrait de la loi travail

Mobilisation par Nadia Djabali

Plusieurs milliers de lycéens et d’étudiants ont arpenté les rues de Paris, Rennes, Nantes, Lyon et de nombreuses villes françaises, ce mardi 5 avril, contre la loi Travail. Avec le soutien des syndicats FO, CGT, FSU et Solidaires.

Rythmant ainsi la mobilisation contre la loi Travail et occupant le terrain avant la grande manifestation de samedi 9 avril qui ne sera pas la dernière. « Demain soir nous fixerons une nouvelle date de manifestation après le 9 avril, annonce d’ores et déjà Jean-Claude Mailly. Donc le mouvement se poursuit. »