Lycées agricoles : mobilisation contre la baisse des rémunérations des enseignants

InFO militante par Ariane Dupré, L’Info Militante

© F. BLANC

Au sein d’une intersyndicale, FO a manifesté le 14 novembre devant la Direction de l’Enseignement du ministère de l’Agriculture. Les syndicats dénoncent un nouveau calcul du temps de service diminuant le salaire global des enseignants des lycées agricoles publics.

À  l’appel d’une intersyndicale dont fait partie FO, une centaine de militants de l’enseignement agricole public se sont rassemblés le 14 novembre devant les bureaux de la Direction générale de l’Enseignement et de la Recherche (DGER) du ministère de l’Agriculture à Paris. En colère, l’intersyndicale exige le retrait d’une nouvelle méthode de calcul du temps de service aboutissant à diminuer la rémunération des enseignants des lycées agricoles publics. À la suite de la réforme du bac pro agricole, entrée en vigueur à la rentrée, les heures pluridisciplinaires ne sont plus payées comme un temps de face-à-face (enseignants/élèves). Elles sont calculées sur la base de 36 semaines, et non sur 28 semaines de cours annuels. Cela peut faire perdre entre 50 et 200 euros de salaire par mois aux enseignants. C’est révoltant, d’autant que le ministère a fait passer cette mesure en catimini, sans aucun texte réglementaire, s’offusque Christine Heuzé, secrétaire générale de FO-Enseignement agricole. L’information a été donnée aux académies par un simple webinaire. Selon FO, pour l’instant, 1 100 enseignants de lycées agricoles seraient impactés par cette baisse de rémunération. L’enjeu est conséquent : si ce mode de calcul se généralisait, cela permettrait au ministère de l’Agriculture d’économiser l’équivalent de 250 postes d’enseignants, alerte la militante.

Dialogue de sourds

Le 14 novembre après-midi, l’intersyndicale a bien été reçue par la directrice adjointe du cabinet de la Direction générale de l’Enseignement. Mais l’administration reste sur sa position, et tient visiblement à cette méthode de calcul du temps de service, déplore Christine Heuzé. L’intersyndicale poursuit donc sa lutte. Elle a décidé de boycotter tous les groupes de travail techniques de la DGER. Et envisage d’autres actions d’ici le prochain comité social d’administration ministériel, prévu le 14 décembre.

Ariane Dupré Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

La semaine FO de l’adhésion syndicale, c’est maintenant, du 17 au 22 janvier

Communiqué de FO par Cyrille Lama, Secrétaire général de Force Ouvrière

Dans les départements, près de deux cents (200) actions seront organisées avec pour but de mettre en avant le rôle et l’importance du syndicat sur le quotidien des salariés (salaires, emplois, conditions de travail, retraite, sécurité sociale, formation et carrière professionnelle, discrimination…) et de toucher les salariés, femmes et hommes, éloignés aujourd’hui du syndicat : emplois dispersés, TPE, entreprises dépourvues d’implantation syndicale, en contrats précaires, saisonniers, en télétravail, jeunes en apprentissage, en formation, demandeurs d’emplois.