Mahle : une fermeture scandaleuse

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

La disparition programmée du moteur thermique vient de faire une nouvelle victime. Cette fois, c’est le fabricant de coussinets de bielle Mahle composants moteur (MCM) France qui vient d’annoncer la prochaine fermeture de son site de Chavanod près d’Annecy. Dans cette petite ville de Haute-Savoie, ce sont ainsi 108 salariés qui vont se retrouver sur le carreau.

Le PSE, qui concerne la totalité de l’effectif, n’est malheureusement pas une surprise pour notre organisation, majoritaire chez Mahle, et qui voit depuis près d’une décennie les savoir-faire méthodiquement transférés en Chine et dans les pays de l’Est - avec le concours forcé des salariés français ! - et les volumes lentement délocalisés vers ces nouvelles implantations, divisant au passage le chiffre d’affaires du site chavanodin par deux. Le groupe Mahle a fait plus qu’anticiper des bouleversements de l’automobile qui n’étaient alors pas même envisageables…

Quelques jours à peine après les annonces chez Benteler, ce nouvel épisode de la mise à mort du moteur thermique illustre bien la volonté de profiter de ce changement majeur du monde automobile pour délocaliser et faire des profits sur le dos des salariés de la part de certaines entreprises. Il montre aussi que la réindustrialisation de notre pays, pour devenir autre chose qu’un argument électoraliste, passe d’abord par des actions pour le maintien de l’existant sur notre territoire. A cet égard, il devient urgent que les pouvoirs publics se saisissent de ce dossier et réévaluent les conséquences d’une transition environnementale et énergétique qui, si elle est nécessaire, exige une véritable stratégie d’anticipation et d’accompagnement prenant en compte la question de l’industrie et de l’emploi avec une réelle perspective nationale.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Transfix : les salariés inquiets pour l’avenir du site varois

Emploi et Salaires par Elie Hiesse

A l’issue d’une grève de trois jours, les 330 salariés de l’usine Transfix de La Garde, dans le Var, ont obtenu la révision partielle d’un accord de juin 2017, qui faisait travailler les opérateurs « 39 heures payées 37 ». Mais l’avenir du site spécialisé dans la fabrication de transformateurs électriques reste incertain.

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.

Knorr ferme son usine en Alsace, 261 postes menacés

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

L a sidération passée, c’est la colère qui monte chez les salariés de l’usine Knorr de Duppigheim (Bas-Rhin). Le 25 mars, la maison mère, le groupe Unilever, a annoncé brutalement en CSE sa volonté de fermer ce site de production de soupes. Les 261 emplois sont menacés. Martial Schwartz, délégué FO sur le (...)