Communiqué de Force Ouvrière

Manifestation contre la réforme du collège le mardi 19 mai 2015

Recommander cette page

La Confédération Force Ouvrière apporte son soutien à sa Fédération Nationale de l’Education et de la Culture qui appelle à la grève et à manifester contre la réforme du collège le mardi 19 mai.

Le projet gouvernemental conduit, en effet, à diminuer de près de 500 heures sur 4 ans les programmes nationaux au profit de projets interdisciplinaires, ce qui revient à restreindre d’autant l’acquisition des fondamentaux.

Par ailleurs, le fait que 20% des horaires seront liées à l’autonomie des 5 000 établissements risque de conduire à l’accroissement des inégalités.

Pour Force Ouvrière il ne faut pas confondre la diversification interdisciplinaire avec la nécessité de développer le travail en groupes restreints dans le cadre des disciplines et programmes nationaux.

A propos de cet article

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 juin 1907

Emeute violente à Narbonne
Emeute violente à Narbonne où les ouvriers ont constitué un comité de défense viticole pour combattre la fraude et les abus en matière de salaire. Or, un des animateurs du comité, Amédée Ferroul, ancien maire socialiste de Narbonne, a été arrêté par ordre de la préfecture. La population manifeste contre (...)

Emeute violente à Narbonne où les ouvriers ont constitué un comité de défense viticole pour combattre la fraude et les abus en matière de salaire. Or, un des animateurs du comité, Amédée Ferroul, ancien maire socialiste de Narbonne, a été arrêté par ordre de la préfecture. La population manifeste contre l’incarcération de Ferroul et exige, sa libération. Entre temps, les manifestants élèvent des barricades et s’efforcent de pénétrer et d’incendier la sous-préfecture et le palais de justice. L’exaspération est poussée jusqu’à la révolte. La gendarmerie et la cavalerie chargent les manifestants, sans aucune sommation d’usage. Résultat de cette journée sanglante : quatre morts et plusieurs blessés. L’état de siège est proclamé et les auteurs de ce massacre odieux ne sont pas condamnés, car ils ont agi, selon les autorités officielles, « en légitime défense » !