Communiqué de FO

Mayotte : quand Total ne rime pas avec social !

, Michelle Biaggi

Recommander cette page

Photographie : Laurent Vincenti [CC BY-SA 3.0]

La Confédération Générale du Travail Force Ouvrière apporte son soutien aux salariés de Total Mayotte en grève pour leurs salaires et leurs conditions de travail.

Elle demande aux pouvoirs publics de faire le nécessaire pour que s’ouvrent, très vite, des négociations dans le cadre d’un dialogue social concerté.

La CGT Force Ouvrière en appelle à la direction de Total pour qu’elle prenne ses responsabilités et réaffirme qu’il ne peut y avoir un développement économique et social, particulièrement en Outre-Mer, sans de réelles négociations sincères et loyales.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Michelle Biaggi

Secrétaire confédérale - Secteur organisation


Organisation - Statuts - Outre-Mer - Femmes dans l’Organisation


Envoyer un message à Michelle Biaggi

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

12 décembre 1943

Appel à la classe ouvrière de la CGT clandestine
La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez (...)

La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez à entrer catégoriquement dans l’action. Les moyens d’obtenir satisfaction sont entre vos mains et dans votre volonté. Les grèves restent l’arme ultime à employer pour imposer votre dû. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. C’est sauvegarder les familles françaises ». En terminant, la CGT invite les travailleurs aux combats contre la déportation arbitraire et à s’unir dans les syndicats pour leur libération.