Communiqué de FO

Mayotte : quand Total ne rime pas avec social !

, Michelle Biaggi

Recommander cette page

Photographie : Laurent Vincenti [CC BY-SA 3.0]

La Confédération Générale du Travail Force Ouvrière apporte son soutien aux salariés de Total Mayotte en grève pour leurs salaires et leurs conditions de travail.

Elle demande aux pouvoirs publics de faire le nécessaire pour que s’ouvrent, très vite, des négociations dans le cadre d’un dialogue social concerté.

La CGT Force Ouvrière en appelle à la direction de Total pour qu’elle prenne ses responsabilités et réaffirme qu’il ne peut y avoir un développement économique et social, particulièrement en Outre-Mer, sans de réelles négociations sincères et loyales.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Michelle Biaggi

Secrétaire confédérale - Secteur organisation


Organisation - Statuts - Outre-Mer - Femmes dans l’Organisation


Envoyer un message à Michelle Biaggi

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 26 février de 08h30 à 09h30

    France Info
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de l’émission de radio « 8h30 Toussaint-Aphatie » sur France (...)

Éphéméride

25 février 1848

Le décret de Louis Blanc
Une des premières préoccupations du gouvernement provisoire de la IIe République fut de résoudre les problèmes de la classe ouvrière qui vivait, depuis de longues années, dans une misère déprimante. Le décret de Louis Blanc affirmait la reconnaissance du droit au travail. « Le gouvernement de la (...)

Une des premières préoccupations du gouvernement provisoire de la IIe République fut de résoudre les problèmes de la classe ouvrière qui vivait, depuis de longues années, dans une misère déprimante. Le décret de Louis Blanc affirmait la reconnaissance du droit au travail.
« Le gouvernement de la République s’engage à garantir l’existence de l’ouvrier par le travail ; il s’engage à garantir du travail à tous les citoyens. Il reconnaît que les ouvriers doivent s’associer entre eux pour jouir du bénéfice de leur travail ».
Pour la première fois, les autorités commençaient à s’intéresser à la situation des travailleurs dont le sort dramatique laissait indifférente la monarchie.