Ménages pauvres : un budget avec 61% de dépenses contraintes

Le chiffre par  Michel Pourcelot

La part de dépenses pré-engagées dans les budgets pour les ménages pauvres est de 61% contre 23% pour les ménages aisés, a rappelé le quotidien Le Monde le 14 novembre dernier, s’appuyant sur les chiffres d’une étude de la Dress (Direction des études statistiques du ministère de la santé et des solidarités) publiée en mars 2018. Les dépenses pré-engagées, dites également contraintes, sont du type assurances, logement, énergie, assurances, emprunts, etc., et généralement incompressibles.

Reste : 180 euros par mois

Dans le revenu disponible des ménages (salaires et prestations sociales, moins impôts directs et indirects), leur poids est d’autant plus fort que leur niveau de vie est faible. Ainsi toujours selon la Dress, les 10 % les plus modestes doivent ainsi se contenter en moyenne de 180 euros par mois pour financer transport, équipement, loisir ou habillement, mais aussi santé et dépenses alimentaires, alors que les 10% les plus riches disposent en moyenne de 1 890 euros. Soit dix fois plus.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Salauds de pauvres !

Protection sociale par Evelyne Salamero

Au motif de lutter plus efficacement contre la pauvreté, le président de la République veut « responsabiliser »… les pauvres. Haro donc sur les aides sociales.

76,5 millions

Le chiffre de la semaine

C’est le nombre d’enfants qui vivent dans la pauvreté (sous un seuil fixé à 60 % du revenu médian) dans les 41 pays les plus prospères de la planète, indique un rapport de l’Unicef.