Minitubes : revaloriser les salaires

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

Rien ne va plus chez Minitubes, à Grenoble, où les salariés sont en grève depuis le 6 mars à l’appel de FO et des autres organisations syndicales. Comme dans beaucoup d’épreuves de force récentes, c’est la question des salaires qui est au centre du conflit.

Les salariés de la société Minitubes, (spécialisée dans la production de tubes pour implants médicaux, valves cardiaques, cathéters et autres technologies industrielles...) auraient bien besoin d’une injection de pouvoir d’achat. Surtout les plus anciens, qui ont acquis pendant plusieurs années des qualifications et compétences favorisant le savoir-faire et la richesse de l’entreprise, et s’estiment défavorisés vis-à-vis des intérimaires récemment embauchés. Avec le soutien de notre organisation, voilà plus d’une semaine qu’ils se battent pour que l’expérience et les responsabilités assumées par les anciens soient reconnues et récompensées, de préférence via la fiche de paie.

Car ils l’ont tous constaté : ceux qui ont le plus d’ancienneté se retrouvent parfois avec plusieurs dizaines d’euros de moins que les salariés débutants à la fin du mois. La différence, repérée lors des NAO, est d’ailleurs venue compliquer ces dernières sur le site de cette entreprise qui se porte pourtant très bien, avec une croissance de son activité de 10 % chaque année et une centaine d’embauches l’an dernier. Cela n’a pas empêché la direction de considérer qu’une augmentation globale de la masse salariale à seulement 6,1 % devrait contenter les salariés, s’agace le délégué syndical FO Sabri Dib. Les salariés, qui sont à la base de la croissance de Minitubes, méritent mieux. De son côté, la direction se réfugie derrière l’augmentation du Smic induite par l’inflation pour expliquer une augmentation des grilles de base et l’apparition d’écarts au sein de l’entreprise. Une explication qui est loin de convaincre les salariés, toujours nombreux à tenir le piquet de grève à la sortie de l’usine, dont la production sort au ralenti depuis maintenant plus d’une semaine… Nous ne lâcherons pas, assure Sabri Dib.

La Fédération de la Métallurgie soutient l’ensemble des salariés et des équipes FO dans cette quête de reconnaissance pour obtenir une juste rétribution de leurs efforts et de leur engagement envers l’entreprise.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Air France : quatrième grève pour les salaires ce 30 mars… Avant celles des 3 et 7 avril

Transport aérien par  Valérie Forgeront

Mais combien faudra t-il de journées de grève avant que la direction d’Air France accepte de rouvrir une négociation salariale ? Après une grève le 22 février puis une autre le 27 février puis une autre encore le 23 mars, une nouvelle journée d’action est programmée ce vendredi 30 mars assortie d’un rassemblement à 10h devant le siège de la compagnie sur le site de Roissy.

Grève gagnante pour les salaires chez Faurecia

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

La détermination a payé. Malgré le froid mordant, les salariés des usines de l’équipementier automobile Faurecia de Saint-Michel-sur-Meurthe (88) et Bains-sur-Oust (35) ont tenu le piquet de grève durant cinq jours et quatre nuits. Et le 28 janvier à minuit, ils ont obtenu les 6 % (...)