Mise en quarantaine des travailleurs détachés dans l’agriculture : le retour au Moyen Âge

Coronavirus / Covid19 par FGTA-FO

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19

Communiqué de la FGTA-FO

Une circulaire du 20 mai 2020 émise par le Premier ministre fixe les conditions d’entrées sur le territoire dans le cadre du Covid-19 des salariés détachés.

On y retrouve des mesures différentes pour les salariés saisonniers détachées agricoles :

Mesures de quarantaine
Les saisonniers devant séjourner en France pour une durée supérieure à 48 heures sont soumis, en France et à la charge de leur employeur, à une mesure de quarantaine ou à une mesure équivalente.
A ce titre, en lieu et place de la quarantaine, l’employeur peut s’engager à ce que les déplacements des saisonniers concernés soient limités, pendant quatorze jours, au strict minimum en prenant l’une des mesures suivantes :
  soit l’hébergement sur le lieu ou à proximité immédiate du lieu de travail sans sorties ;
  soit, en cas d’hébergement à l’extérieur du lieu de travail, la limitation des déplacements des personnes au trajet domicile-travail.

Les salariés saisonniers détachés agricoles sont donc placés sous la tutelle de l’employeur qui s’engage pour eux à limiter leur déplacement au trajet domicile travail, et rien d’autre…

Les salariés saisonniers détachés n’appartiennent pas aux entreprises ! Comment vont-ils faire pour se nourrir, se détendre, se soigner, bref, vivre une vie normale ?

Les conditions de travail induites par cette restriction des libertés individuelles sous la responsabilité de l’employeur sont dignes du Moyen Âge.

La FGTA-FO s’oppose totalement à cette partie de la circulaire et demande que ces dispositions concernant les travailleurs saisonniers soient abandonnées immédiatement.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Tous les articles du dossier

Covid-19 : quel déconfinement pour les salariés handicapés ?

Communiqué de FO par Anne Baltazar

Dans la situation actuelle de confinement, et même si les statistiques manquent en la matière, nous pouvons craindre que les personnes en situation de handicap soient traitées de manière différente, y compris dans l’idée de les protéger, par exemple en les positionnant systématiquement en télétravail puis en activité partielle ; et peut-être demain, parmi les premiers salariés qui perdront leur emploi...