Mise en quarantaine des travailleurs détachés dans l’agriculture : le retour au Moyen Âge

Coronavirus / Covid19 par FGTA-FO

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19

Communiqué de la FGTA-FO

Une circulaire du 20 mai 2020 émise par le Premier ministre fixe les conditions d’entrées sur le territoire dans le cadre du Covid-19 des salariés détachés.

On y retrouve des mesures différentes pour les salariés saisonniers détachées agricoles :

Mesures de quarantaine
Les saisonniers devant séjourner en France pour une durée supérieure à 48 heures sont soumis, en France et à la charge de leur employeur, à une mesure de quarantaine ou à une mesure équivalente.
A ce titre, en lieu et place de la quarantaine, l’employeur peut s’engager à ce que les déplacements des saisonniers concernés soient limités, pendant quatorze jours, au strict minimum en prenant l’une des mesures suivantes :
  soit l’hébergement sur le lieu ou à proximité immédiate du lieu de travail sans sorties ;
  soit, en cas d’hébergement à l’extérieur du lieu de travail, la limitation des déplacements des personnes au trajet domicile-travail.

Les salariés saisonniers détachés agricoles sont donc placés sous la tutelle de l’employeur qui s’engage pour eux à limiter leur déplacement au trajet domicile travail, et rien d’autre…

Les salariés saisonniers détachés n’appartiennent pas aux entreprises ! Comment vont-ils faire pour se nourrir, se détendre, se soigner, bref, vivre une vie normale ?

Les conditions de travail induites par cette restriction des libertés individuelles sous la responsabilité de l’employeur sont dignes du Moyen Âge.

La FGTA-FO s’oppose totalement à cette partie de la circulaire et demande que ces dispositions concernant les travailleurs saisonniers soient abandonnées immédiatement.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Tous les articles du dossier

Exercer les missions de service public en toute sécurité

Coronavirus / La Poste par Clarisse Josselin

Le 17 mars, FO-Com a alerté la direction de La Poste sur les dangers encourus par une grande partie des postiers, faute de protection face à l’épidémie de coronavirus. Certaines de ces revendications ont été entendues. Maintenant, il s’agit de veiller à la bonne application des directives sur tout le territoire.