Mise en quarantaine des travailleurs détachés dans l’agriculture : le retour au Moyen Âge

Coronavirus / Covid19 - Pandémie par FGTA-FO

Communiqué de la FGTA-FO

Une circulaire du 20 mai 2020 émise par le Premier ministre fixe les conditions d’entrées sur le territoire dans le cadre du Covid-19 des salariés détachés.

On y retrouve des mesures différentes pour les salariés saisonniers détachées agricoles :

Mesures de quarantaine
Les saisonniers devant séjourner en France pour une durée supérieure à 48 heures sont soumis, en France et à la charge de leur employeur, à une mesure de quarantaine ou à une mesure équivalente.
A ce titre, en lieu et place de la quarantaine, l’employeur peut s’engager à ce que les déplacements des saisonniers concernés soient limités, pendant quatorze jours, au strict minimum en prenant l’une des mesures suivantes :
  soit l’hébergement sur le lieu ou à proximité immédiate du lieu de travail sans sorties ;
  soit, en cas d’hébergement à l’extérieur du lieu de travail, la limitation des déplacements des personnes au trajet domicile-travail.

Les salariés saisonniers détachés agricoles sont donc placés sous la tutelle de l’employeur qui s’engage pour eux à limiter leur déplacement au trajet domicile travail, et rien d’autre…

Les salariés saisonniers détachés n’appartiennent pas aux entreprises ! Comment vont-ils faire pour se nourrir, se détendre, se soigner, bref, vivre une vie normale ?

Les conditions de travail induites par cette restriction des libertés individuelles sous la responsabilité de l’employeur sont dignes du Moyen Âge.

La FGTA-FO s’oppose totalement à cette partie de la circulaire et demande que ces dispositions concernant les travailleurs saisonniers soient abandonnées immédiatement.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Tous les articles du dossier

Les plans de suppressions d’emploi se dé-confinent aux quatre coins du monde

Coronavirus / Covid19 - Pandémie par Evelyne Salamero

Alors que des dizaines de millions de travailleurs se sont retrouvés au chômage partiel du jour au lendemain, que des dizaines de millions d’autres, parmi les plus précaires, sont déjà sur le carreau, plusieurs grandes entreprises ont annoncé ces derniers jours des plans massifs de suppressions d’emplois, y compris par licenciements secs, aux quatre coins du monde.

Bâtiment, chimie, métallurgie… L’intérêt financier ne doit pas passer avant la santé

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

Alors que l’Italie a franchi un cap supplémentaire pour endiguer la propagation du Coronavirus en décidant le 23 mars l’arrêt de toute production qui ne serait pas « strictement nécessaire, cruciale et indispensable afin de garantir les biens et services essentiels », le gouvernement français semble décidé, lui, à faire tourner l’économie française le plus possible… Coûte que coûte ?

Crise du coronavirus dans les EHPAD : plus que jamais répondre en termes de moyens effectifs aujourd’hui et demain !

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Alors que la France, en confinement, subit de plein fouet la crise du Coronavirus et les effets des politiques d’austérité envers le secteur hospitalier (toujours dénoncées par FO), les personnes âgées sont particulièrement fragilisées et les premières victimes. Leur personnel soignant et non soignant est aussi en première ligne.

Presstalis : menace sur des centaines d’emplois

Coronavirus / Covid19 - Pandémie par  Valérie Forgeront

Sur décision du tribunal de Commerce de Paris ce 15 mai, le distributeur de presse Presstalis qui avait déposé son bilan en avril dernier est placé en redressement judiciaire avec poursuite d’activité et période d’observation de deux mois. Le tribunal a prononcé la liquidation de ses deux filiales intervenant en régions, SAD et Soprocom. Des centaines d’emplois sont menacées.