Mobilisons-nous plus que jamais : Vendredi 24 janvier, on met le paquet !

Retraite par FEETSFO

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !

Communiqué de la FEETS-FO

Depuis le 5 décembre dernier, de nombreux salariés ont montré leur détermination à refuser le projet de réforme de retraite universelle par points. Après plus de 40 jours de mobilisation, le soutien reste massif et majoritaire dans l’opinion publique.

Le nouveau système est-il meilleur et plus favorable que l’ancien ?

Non. La liste des effets négatifs est longue :

• La prise en compte de toute la carrière au lieu des 25 meilleures années ou des 6 derniers mois aura pour effet de diminuer le niveau des pensions (d’autant plus pour les jeunes précaires d’aujourd’hui et tous ceux connaissant des aléas professionnels).
• Les majorations de trimestre pour enfant (entre 1 et 2 ans de départ anticipé par enfant) disparaissent, le temps partiel baissera d’autant le nombre de points acquis.
• La dépendance de la valeur du point à la situation économique fera des retraites la variable d’ajustement des crises financières.

Le fait est qu’au fur et à mesure de la mobilisation, les générations concernées ont glissé. Sont donc exclus de la réforme toutes celles et ceux nés avant 1975. Étrange pour un système aussi favorable…

La réalité est que ce nouveau système de retraite, c’est payer plus pour gagner moins et donc mécaniquement partir plus tard à la retraite.

Un système est-il toujours universel s’il contient des régimes spécifiques ?

Bien entendu, non. La liste des régimes spécifiques devient chaque jour de plus en plus longue (police, personnels navigants, marins…).

Cela démontre que l’argument de l’universalité était simplement marketing. Ce qui est recherché c’est la réduction des droits des salariés du régime général et des fonctionnaires qui représentent 97% des futurs retraités et plusieurs centaines de milliards d’euros de budget.

La réduction des retraites de 97% des futurs retraités aura les effets suivants :

• Les salariés reporteront individuellement leur âge de départ à la retraite

• Le nombre de personnes sur le marché du travail augmentera, augmentant du même coup le chômage, la concurrence entre chômeurs et facilitant donc la modération salariale

• Le développement de l’épargne-retraite pour compenser les baisses de pension, générera un marché financier rêvé pour les assureurs et les banques (Black Rock, Axa, etc.)

Ce projet gouvernemental est donc très politique. Il ne repose sur aucune analyse factuelle puisque aucune étude d’impact n’a été transmise.

Faudra-t-il travailler jusqu’à 64 ans ?

Oui ! Le retrait « provisoire » de l’âge pivot est une mascarade pour faire croire au compromis. Il ne concerne que les générations nées avant 1975. Pour tous les autres, les 64 ans s’appliqueront. De plus, le gouvernement instaure une conférence de financement avec des syndicats pourtant non représentatifs pour donner l’illusion d’un consensus large.

Le cadrage de cette conférence est de ne pas toucher aux cotisations ni aux pensions, donc concrètement la seule perspective est une mesure d’âge.

Que faut-il faire ?

Jusqu’à présent, la mobilisation a permis de maintenir des spécificités, de faire décaler dans le temps l’application de cette réforme aux générations après 1975. Pour obtenir le retrait, nous appelons l’ensemble des salariés à se mobiliser en particulier lors de la journée du 24 janvier, jour de présentation du projet de loi en Conseil des Ministres.

Tous mobilisés le 24 janvier 2020

FEETSFO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Tous les articles de la campagne

Rapport du COR : les retraites malades de l’austérité

Retraite par Françoise Lambert

Le retour à l’équilibre du système de retraite, qui était prévu pour 2022 il y a deux ans, est au mieux repoussé de vingt ans : c’est l’un des enseignements du dernier rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (COR), rendu public le 13 juin. Celui-ci table désormais sur un déficit de 10 (...)

Fonction publique : la politique salariale fait mal aux pensions

Retraite par  Valérie Forgeront

L e projet de réforme des retraites appliqué à la fonction publique viserait à ne plus calculer la pension sur la base du dernier traitement indiciaire détenu durant les six derniers mois d’activité, mais sur l’ensemble de la carrière. Au-delà de constituer une attaque contre le statut général et de (...)

Retraites - Un 24 massif et déterminé pour le retrait

Communiqué intersyndical

Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier 2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel qui (...)