« Modernisation des métiers de l’Education nationale »

La FNEC FP-FO réaffirme ses positions par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

La ministre a réuni l’ensemble des fédérations de l’Education nationale ce 13 novembre pour une présentation des conclusions des 14 groupes de travail consécutifs à la mise en oeuvre de la loi de refondation.

C’est sur la base du dossier remis à la presse que la ministre a ouvert cette réunion sur la « modernisation des métiers de l’éducation nationale ».

Pour la ministre, c’est « l’aboutissement d’un travail indispensable », dont on peut se « réjouir collectivement ».

A l’inverse, FO a réaffirmé ses positions : l’évolution inscrite dans toutes les fiches des 14 groupes de travail conduit à une profonde modification des missions actuelles des personnels et à un bouleversement statutaire. Les personnels seraient confrontés, comme FO l’a indiqué depuis le départ, à des statuts déclinés territoire par territoire et à des missions locales.

Pour FO, le cadre national de l’Ecole, de l’instruction, du statut doit être maintenu avec chacun de ses corps et de ses spécificités statutaires. Or ce n’est pas la décision qui a prévalu. Ainsi, pour la première fois dans l’éducation nationale, la ministre procède à la fusion de deux corps, celui des COP et des psychologues scolaires, sans que ne soient garanties leurs actuelles obligations réglementaires de service.

La Ministre présente une vision idyllique des résultats des groupes de travail mais la réalité vécue par les personnels administratifs, de direction, sociaux, de santé, enseignants, CPE, est tout autre.

La FNEC FP-FO a rappelé que les traitements baissent, que le pacte de responsabilité se décline chaque jour dans les classes et les services, les revendications sont bien là.

Pour la ministre, la loi de refondation doit s’appliquer : cette mécanique infernale signifie pas moins de 30 décrets, 20 circulaires et arrêtés parus et à paraître, tous applicables à la rentrée 2015. C’est déjà le cas des décrets du 20 août 2014 tant celui qui abroge les décrets de 1950 que celui qui annualise le service des titulaires remplaçants dans le premier degré.

A la veille des élections des élections professionnelles, le vote FO prend tout son sens pour affirmer ensemble :

 abrogation de la réforme des rythmes scolaires, que confirmera la conférence nationale du 19 novembre ;

 abrogation du décret du 20 août 2014 qui détruit les décrets de 1950 ;

 augmentation de 8% de la valeur du point d’indice et attribution de 50 points pour tous.

 Voir en ligne  : FNEC FP-FO - Site internet

Sur le même sujet

Salaires des enseignants : les lignes n’ont pas bougé

Service Public par Evelyne Salamero

Alors que la demande d’une négociation salariale commune à toute la Fonction publique, adressée au gouvernement par cinq organisations syndicales, dont FO Fonction publique, reste à ce jour sans réponse, le ministre de l’Éducation nationale a annoncé vouloir reprendre les discussions sur les rémunérations des enseignants d’ici à la fin du mois de juin. Ce cadre parcellaire ne répondait déjà pas aux attentes de la fédération FO de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation professionnelle avant la crise sanitaire. Il n’y répond pas davantage aujourd’hui.

Pour FO, c’est non, trois fois non !

Campus des métiers et apprentissage dans l’Éducation nationale par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Le projet de décret portant création du label « campus des métiers », élément de la loi de refondation de l’école, vient d’être soumis au vote du Conseil Supérieur de l’Education (CSE) le 12 juin, du Conseil National de la Formation professionnelle Tout au Long de la Vie (CNFPTLV) le 13 juin, du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), le 23 juin.

Ecoles maternelles : grève des agents territoriaux spécialisés

Mobilisation par Evelyne Salamero

Pour la deuxième fois en un mois et demi, les Atsem (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) étaient en grève ce 1er février, et ont organisé des rassemblements à Paris et en province, à l’appel de FO, de la CGT et de la FAFPT (fédération autonome). Ces fonctionnaires territoriaux, des femmes à 99%, assistent quotidiennement les enseignants. Elles revendiquent notamment un poste à temps complet par classe.