Musée de l’Homme : au cœur du racisme

Exposition par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Préjugés, stéréotypes, xénophobie… Jusqu’au 8 janvier 2018, « Nous et les autres », la première grande exposition du Musée de l’Homme depuis sa réouverture, démonte les mécanismes du racisme.

Qu’est-ce que le racisme ? Pourquoi le racisme se manifeste-t-il ? Tous les Hommes sont-ils racistes ? Questions qui agitent l’espèce humaine et sont malheureusement toujours d’actualité comme en témoignent malheureusement les récents incidents de Charlottesville, aux États-Unis, début août. Avec « Nous et les autres », ces questions, le Musée de l’Homme à Paris n’hésite pas à les poser bien à plat pour sa première grande exposition temporaire depuis sa réouverture suite à des années de travaux d’envergure qui avaient nécessité sa fermeture pendant quelque six années.

Je et l’autre

L’exposition a été organisée en trois axes, « Moi et les autres », « Race et histoire » et « État des lieux » et bénéficie d’une scénographie d’importance, comme le hall d’aéroport qui l’ouvre. Son commissariat scientifique a été confié à l’historienne Carole Reynaud-Paligot ainsi qu’à une spécialiste en anthropologie génétique, Évelyne Heyer, qui tient à prévenir : On s’est mis dans une position de scientifiques, pas dans une position de donneurs de leçons. Pour elle, iI suffit de pas grand-chose pour entraîner les discriminations, on a très vite tendance à préférer son groupe par rapport aux autres, même si la manière de définir ce groupe est basée sur rien du tout. Un rien qui fait les différences.

« Nous et les autres. Des préjugés au racisme », du 31 mars 2017 au 8 janvier 2018 (sauf le mardi), au Musée de l’Homme, 17 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris. Tél. : 01 44 05 72 72.
Horaires : de 10h à 18h. Tarifs de 10 à 12€, gratuit pour les moins de 18 ans.
Plus d’information et teaser sur le Net

Sur le même sujet

Combattre le germe du racisme

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Le mécontentement est grandissant. Ce constat, nous n’avons pas attendu ces dernières semaines pour le dresser. Par définition au contact direct des salariés, notre syndicalisme n’a pas besoin d’avoir recours aux sondages pour le dresser.