Le chiffre de la semaine

Nativité aux métaux lourds : 100%

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Sur 4 145 femmes enceintes ayant accouché en 2011 en France continentale (hors Corse), 100% étaient imprégnées par des métaux lourds tels que antimoine, arsenic, cadmium, césium, chrome, cobalt, étain, mercure, nickel, plomb, uranium et vanadium. Ces chiffres sont issus du rapport sur l’imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France en 2011 publié le 19 décembre par l’agence nationale de santé publique Santé publique France, anciennement Institut de veille sanitaire (InVS). Il s’agit du deuxième des trois volets consacrés à la première étude nationale de bio-surveillance chez les femmes enceintes. Le premier, il y a un an, avait étudié et montré la présence de polluants organiques comme la dioxine, le bisphénol A et autres phtalates.

Arsenic, mercure, poissons et crustacés

Les analyses de cette étude ont été effectuées le jour de l’accouchement à partir de sang de cordon ombilical, d’urine ou de cheveux. De l’arsenic a été retrouvé chez 91% de ces femmes enceintes et du mercure chez 100%, soit un taux plus élevé que les autres pays européens, et même l’Amérique du Nord, qui pourrait s’expliquer par la consommation de poisson et de crustacés, selon une responsable de la surveillance biologique à Santé publique France. Cette dernière précise cependant que ce qui a été mesuré c’est le niveau d’exposition. Nous n’en tirons pas de recommandation sanitaire. Mais certaines préfèreront peut-être lors des Fêtes céder à une envie de fraise que de commander des fruits de mer.

Voir en ligne : Santé publique France