Le mot

Négociation

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Remontant au temps des Romains, et sans doute des Gaulois réfractaires, le mot négociation prit un tour marchand en s’appliquant à l’établissement de la valeur d’échange de marchandises. D’où le mot négoce. Plus tard arriva le mot négociateur, habilité dans les affaires plutôt publiques, se différenciant de celui de négociant, œuvrant, quant à lui, dans le commerce de gros.

Il entend une volonté d’établir un accord malgré des intérêts divergents entre les parties, publiques ou privées. Ce que résumait ainsi le secrétaire général de FO, Pascal Pavageau, le 30 mai dernier  [1] : Nous sommes présents là où il le faut pour faire entendre notre voix et ainsi celle des travailleurs. Et cela en prenant part aux discussions et souvent en les initiant, pour faire valoir nos revendications, contrer les mesures que nous jugeons mauvaises et obtenir de nouveaux droits. Car évidemment, la négociation comme la concertation ne signifient pas l’acceptation.