Négociation salariale - Commission Nationale Paritaire de la convention collective nationale 66 du 4 mars 2015

Communiqué de la FNAS-FO par Action sociale

Aujourd’hui le pacte de responsabilité entraîne l’exonération massive des cotisations sociales et le vol de nos salaires différés. Ces mesures d’exonérations mettent en péril la protection sociale et par là-même la pérennité des prises en charge du médico-social.

Hausse de prix, mesures d’austérité, précarité, augmentation du coût des transports et de l’énergie : tout concourt à accentuer la paupérisation des salariés.

Pour FO, la question du pouvoir d’achat est pourtant centrale et demeure une priorité syndicale, elle constitue même une urgence sociale et économique.

Le constat de la politique salariale dans la CCNT 66 est accablant.

L’enquête qui vient d’être réalisée par Technologia sur les causes de l’augmentation des arrêts de travail le confirme. La reconnaissance des salariés, valeur incontournable de la santé collective, passe par la reconnaissance salariale.

En 2014 aucune augmentation de la valeur du point n’a été acceptée. En 2013, trois allers-retours à la Commission d’ Agrément pour deux malheureux centimes d’euros. La valeur du point est aujourd’hui à 3.76 euros et cette situation a été précédée de trois années blanches et de nombreuses années de diète salariale.

Aujourd’hui de nombreux emplois subissent un décrochage, au point de se voir attribuer une indemnité différentielle entre leurs coefficients conventionnels et le salaire minimum garanti. La situation salariale est tellement aggravée, que dans les échelons les plus bas de la convention, les salariés ne voient plus l’effet de la prime d’internat.

L’augmentation de la valeur du point est la revendication principale pour l’ensemble des salariés.

Force Ouvrière exige des négociations sérieuses sur les salaires. Les salariés ne peuvent imaginer une année supplémentaire sans augmentation.

Les salariés de notre secteur ne supportent plus ces politiques d’austérité qui les appauvrissent tout en rendant leurs conditions de travail de plus en plus intolérables.

En conséquence, Force Ouvrière revendique :

 L’augmentation de la valeur du point à 3.90 €uros.
 L’ouverture d’une négociation en vue d’améliorer les grilles conventionnelles : proposition de supprimer les deux premiers échelons des grilles conventionnelles et la création d’un dernier échelon supplémentaire après 28 ans.
 L’arrêt de la politique des enveloppes fermées et l’attribution des moyens financiers à hauteur des besoins.

Il est urgent que les salariés réagissent et mettent un coup d’arrêt aux politiques d’austérité. L’heure est à la mobilisation afin de faire de la grève interprofessionnelle du Jeudi 9 avril 2015 une réussite et de préparer ainsi toutes les conditions afin d’obtenir satisfaction.

 Voir en ligne  : FNAS-FO - Site internet

Action sociale Secrétaire général