Négociation terminée sur le contrat de sécurisation professionnelle

Chômage par Clarisse Josselin

Dans une agence de Pôle emploi. La nouvelle mouture du CSP rend possibles de courtes missions sans sortir du dispositif. © Richard DAMORET / REA

Un projet d’accord national interprofessionnel (ANI) sur les licenciés économiques est soumis aux organisations syndicales. FO va étudier les impacts de ce texte avant de se prononcer.

La négociation sur le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) s’est achevée le 8 décembre. Ce dispositif, créé en 2011, propose aux licenciés économiques – dans les entreprises de moins de 1 000 salariés – une allocation et un accompagnement vers l’emploi renforcés, pour un an maximum. S’il est ratifié par les syndicats, cet accord remplacera l’actuelle convention qui expire le 31 décembre 2014.

La délégation FO, menée par Stéphane Lardy, Secrétaire confédéral chargé de l’emploi, se satisfait de la mise en place d’un CSP « glissant ». Il permet de rallonger la durée du contrat pour ceux qui reprennent un emploi temporaire dans les six derniers mois du CSP.

Un mode de calcul moins favorable

Si l’objectif du CSP reste de trouver un emploi durable, les salariés pourront dorénavant effectuer des missions courtes sans sortir du dispositif.

L’accord crée une prime pour les bénéficiaires qui trouvent un contrat durable – au moins six mois – avant la fin du CSP. Enfin, ceux-ci pourront accéder aux formations éligibles au compte personnel de formation (CPF).

En revanche, le patronat n’est pas revenu sur la baisse de l’allocation de 80 à 75 % du salaire journalier de référence. 

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Interview de Stéphane Lardy

Le Compte personnel de formation (CPF) par Stéphane Lardy

La loi du 5 mars 2014, relative à la formation professionnelle, l’emploi et la démocratie sociale, transpose l’accord national interprofessionnel signé le 14 décembre 2013 par les interlocuteurs sociaux. Stéphane Lardy, secrétaire confédéral FO en charge de l’emploi et de la formation professionnelle, nous donne son sentiment.