Non à la fermeture du centre du CEA Le Ripault (37) et maintien de tous les emplois sur site

Communiqué de la Fédéchimie FO par Fédéchimie

C’est le message de plusieurs centaines de manifestants du CEA et des entreprises sous-traitantes fait lors de leur rassemblement le jeudi 21 mai 2015 à Tours et confirmé le vendredi 22 mai 2015 lors d’une assemblée générale avec les organisations syndicales FO, CGC, CGT, CFDT, CFTC et SPAEN, suite à l’annonce faite par la Direction Générale du CEA.

Cette revendication votée par les salariés présents est claire. Nous la soutenons. Elle est adressée au Gouvernement, à la Direction du CEA et aux élus locaux.

Car ce sont plus de 450 familles à qui il est demandé de quitter son emploi, son site et sa région.

Les salariés dans leur message d’abandon du projet demandent aux élus du Comité National (CCE) de ne pas se prononcer sur la réorganisation dont la fermeture du centre du Ripault en est une des conséquences.

Pour FO, nous demandons purement et simplement au gouvernement l’abandon de ce projet.

La Fédéchimie FO et l’Union Nationale des Syndicats de l’Energie Nucléaire et des Industries Connexes (UNSENRIC) soutiennent les salariés dans toutes les actions menées et qu’ils mèneront.

 Voir en ligne  : Fédéchimie FO - Site internet

Fédéchimie Secrétaire général

Sur le même sujet

La victoire : Centre CEA Le Ripault

Entre Militants

Après plusieurs mois d’une forte mobilisation à l’appel de six syndicats, les 650 salariés du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) Le Ripault à Monts (Indre-et-Loire) ont gagné. La ministre des Affaires sociales a annoncé le 28 août, à la demande de François Hollande, la non-fermeture du site et l’arrêt (...)

FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.
L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la chronique. La cuve a été (...)

Areva : l’été risque d’être chaud

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

désengagement L’avenir du groupe Areva, fleuron de la filière nucléaire française, dont le capital est contrôlé à 87 % par l’État, reste des plus incertains et les 4 000 suppressions d’emplois annoncées par la direction sont toujours à l’ordre du jour.