« Non au travail du dimanche, oui aux augmentations de salaires ! »

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

La Section fédérale du Commerce de la FEC FO, opposée au projet de loi Macron, appelle à la mobilisation lundi 26 janvier 2015, avec l’URIF FO, dans le cadre de l’appel unitaire avec les URIF Solidaires, FSU, CGT.

Depuis toujours, FO Commerce est opposée à la remise en cause du Repos Hebdomadaire Commun (la convention 106 de l’OIT), mais aussi au travail de nuit, à la remise en cause de la justice prud’homale, à tout ce qui met en danger l’emploi et les droits des salariés.

Cette soupe imbuvable, c’est celle que Macron présente aux Députés.

Les salariés du Commerce attendent des augmentations de salaires et non une dégradation de leurs conditions de travail.

Les salariés du Commerce attendent un véritable travail et non la destruction de leurs emplois.

Les salariés veulent travailler pour vivre et non vivre pour travailler.

Dans la continuité des dernières mobilisations, le rendez-vous est donné le premier jour du débat à l’Assemblée Nationale du projet Macron, lundi 26 janvier à 13h sur le
boulevard Haussmann.

 Voir en ligne  : Fédération des Employés et Cadres FO - Site internet

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Le 9 avril, grève et manifestations dans tout le commerce

Communiqué des Fédérations CGT, FO et SUD du commerce par Employés et Cadres

Le gouvernement, au service des grandes enseignes, a la volonté : de nous faire travailler de 5 à 12, voire 52 dimanches par an ; de créer des zones touristiques internationales sur Paris, la côte normande et d’azur ouvertes toute l’année et de nous y faire travailler tous les dimanches et la nuit ; de (...)

De 0 à 52 dimanches travaillés, c’est la généralisation du travail du dimanche

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Beaucoup d’agitation autour des 12 dimanches, mais la réalité est tout autre. 12 dimanches, c’est déjà quasi un quart des dimanches travaillés et plus du double de la situation actuelle (les 5 dimanches du Maire). C’est-à-dire, l’exception permanente du travail dominical !
Cette proposition est (...)