Non aux fermetures de lits et à l’austérité budgétaire dictées par les ARS !

Communiqué de Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé FO par Services publics et de Santé

La Fédération Hospitalière de France vient de s’adresser à tous les directeurs d’hôpital et aux présidents de commission médicale d’établissement (CME), les invitant « à s’opposer avec fermeté » aux injonctions de fermer des lits hospitaliers.

Elle signale que plusieurs responsables hospitaliers les ont alertés « ces dernières semaines sur les pressions exercées par certaines ARS pour freiner, voire diminuer, l’activité des hôpitaux et pour réduire le nombre de lits hospitaliers ».

Ces mesures sont décidées « en dehors de tout dialogue stratégique entre l’établissement et l’ARS et semblent liées à l’application mécanique et arithmétique du plan triennal de maîtrise des dépenses hospitalières ». 

Elle invite en conséquence les directeurs et présidents de CME à s’opposer « à ces injonctions, dictées par des considérations comptables et technocratiques, contraires à l’intérêt général et aux valeurs de service public ». 

Elle considère « irresponsable de demander aux hôpitaux du service public de refuser des malades simplement pour diminuer leur activité, au profit des cliniques commerciales qui ne se voient imposer aucune contrainte de ce type ». 

Il est de même « irresponsable de demander des fermetures de lits en médecine, alors que les capacités actuelles s’avèrent insuffisantes pendant les périodes d’épidémie (grippe, bronchiolite…) ».

Et de s’interroger : « Qui peut aujourd’hui comprendre que les responsables ministériels et d’ARS demandent aux hospitaliers d’ouvrir des lits de toute urgence en décembre et, sitôt le printemps venu, d’engager des opérations drastiques de fermeture de lits ? La FHF demande donc aux responsables hospitaliers « de lui signaler les injonctions de ce type, afin d’orchestrer une réaction d’ampleur nationale qui prendra à témoin les responsables politiques et nos concitoyens ».

Il n’est pas courant que les responsables de la FHF s’adressent aux hôpitaux pour leur demander de refuser d’obtempérer aux « ordres » des Directeurs Généraux d’ARS. Directeurs Généraux qui sont là pour faire appliquer la feuille de route que le gouvernement leur a fixé, qui prévoit notamment 3 milliards de coupes dans les budgets hospitaliers décidés dans le cadre du plan triennal d’économies d’ici 2017.

Cette initiative est l’expression d’un profond malaise. Elle indique que la situation des hôpitaux est au bord de l’explosion.

Il s’agit là d’une véritable alerte, qui justifie l’appel commun FO, CGT et SUD à la grève dans tous les hôpitaux, le Jeudi 1er octobre pour ensemble exiger :

 L’abandon du pacte de responsabilité qui impose l’austérité budgétaire à tous les hôpitaux !

 Le retrait du projet de loi de modernisation de la santé de Mme Touraine !

 L’arrêt immédiat des suppressions de lits !

 Le maintien des postes et les créations d’emplois nécessaires (titularisation des contractuels) : non aux 22 000 suppressions de postes !

 Le maintien des acquis statutaires (avancement à la durée intermédiaire, jours RTT…)

TOUS EN GREVE LE 1er OCTOBRE 2015

 Voir en ligne  : Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé FO

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.

Plan santé : le rationnement organisé

Communiqué de FO par  Serge Legagnoa

Le Conseil des ministres du 13 février a examiné le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé, « transformation » annoncée par le chef de l’État en septembre dernier, et menée au pas de charge.