Grenoble : le combat de FO pour maintenir une offre sanitaire pour tous

Service Public par Valérie Forgeront

Par Jean-Paul CorlinTravail personnel, CC BY-SA 4.0, Lien

Le groupement hospitalier mutualiste à but non lucratif de Grenoble pourrait basculer vers le privé par la vente des parts de son actionnaire principal. Retour ligne automatique
FO lutte pour préserver une structure de soins au service de l’intérêt général.

L es inquiétudes sont de plus en plus grandes à Grenoble (Isère) au sein du groupement hospitalier mutualiste (GHM, 1 100 salariés, 200 médecins) composé de trois entités privées à but non lucratif. Ce groupement, dont l’actionnaire majoritaire est la mutuelle Adrea – laquelle a rejoint depuis un an le groupe Aesio – a décidé de vendre ses parts. Les trois candidats à la reprise devraient être connus en janvier prochain, puis le nom du repreneur potentiel dévoilé en juin. Tant les personnels que les patients (environ 160 000 par an) craignent de voir le groupement, qui depuis soixante ans a fait ses preuves à Grenoble, basculer dans un système à but lucratif. Or, cela changerait tout et pour tout le monde.

FO ultra-majoritaire

Un tel système signerait, entre autres, la fin de l’absence de dépassement d’honoraires pour les patients. Quant aux personnels, le passage au privé pur et dur menacerait les statuts et le maintien des effectifs. Cela alors que le groupement, disposant aussi d’un service d’urgence, remplit parfaitement ses missions, indique Philippe Beaufort, le secrétaire général de l’UD FO de l’Isère. Depuis des mois, personnels et usagers sont vent debout contre cette privatisation. Une pétition a déjà enregistré près de 6 000 signatures. Le syndicat FO du groupement et l’UD sont très impliqués dans ce combat pour préserver l’éthique et le fonctionnement mutualiste à but non lucratif. Devenu majoritaire il y a trois ans au sein du GHM, FO a récemment progressé de quinze points, recueillant, en novembre, 76,28 % des suffrages lors du premier tour des élections professionnelles. En l’absence de quorum, le prochain scrutin (du 10 au 13 décembre) devrait confirmer le poids de FO. Et c’est très important dans le combat mené contre la privatisation, souligne Thierry Carron, le secrétaire du syndicat FO du GHM.

Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Nouvelle crise à l’hôpital public

Revue de Presse par Christophe Chiclet

Plus d’un millier de chefs de service viennent de démissionner en bloc dans toute la France pour dénoncer l’état de la santé publique et les mesurettes du gouvernement. Aperçu dans la presse.

Jason Lassalle ou le quotidien d’un infirmier urgentiste

Portrait par Valérie Forgeront

Jason Lassalle est infirmier au SMUR de Carcassonne mais aussi trésorier adjoint du syndicat FO de l’hôpital inscrit dans le mouvement national de grogne des personnels, notamment ceux des urgences. Comme des milliers de ses collègues en France, ce professionnel aguerri demande la reconnaissance de (...)