Force Ouvrière dément mettre son service d’ordre à disposition des manifestations samedi

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Un article de presse du Parisien, paru ce jour, prétend que Force Ouvrière serait prête à mettre à disposition son service d’ordre samedi pour protéger les cortèges et manifestations des gilets jaunes.

La confédération Force Ouvrière dément ces informations et n’a jamais fait de telles propositions.

Les organisations syndicales n’ont pas vocation à se substituer aux forces de l’ordre.

La confédération FO rappelle qu’elle n’appelle pas à manifester samedi.

Force Ouvrière, attachée à la liberté de manifester, est signataire de la déclaration des organisations syndicales du 6 décembre qui dénoncent toute forme de violences dans l’expression des revendications et appellent le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations portant en particulier sur le pouvoir d’achat et les salaires.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Déconfinement phase 2 – réaction FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération FO constate que la phase 2 du déconfinement, telle que présentée par le Premier ministre, du fait du ralentissement - évidemment attendu par tout un chacun - de l’épidémie de Covid-19, conduit à une accélération de reprise d’activité dès le 2 juin dans nombre de secteurs.

Chiffres du chômage : vers une crise sociale sans précédent

Communiqué de FO par Michel Beaugas

La Dares et Pôle emploi ont publié ce jour, des indicateurs du marché du travail spécifiques à la crise sanitaire pour le mois d’avril 2020. Malgré le recours systématique à l’activité partielle et la mise en place du « travail à domicile » ou « télétravail » dans des conditions souvent aléatoires, les (...)

Transfert de la dette sociale et dépendance : réaction FO

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le Gouvernement vient de saisir les caisses nationales de la Sécurité sociale pour avis sur un projet de loi organique et un ordinaire, relatif au transfert de l’essentiel de la « dette Covid » à la caisse de la dette sociale (la CADES), pour un montant prévu de 136 milliards d’euros, et un report de l’extinction de la dette sociale à 2033 alors qu’elle devait s’éteindre en 2024.